ID D'AILLEURS

Algérie : un cactus redonne vie à une région dans le nord-ouest du pays

©AleSalM / Shutterstock

La culture du figuier de barbarie a permis de relancer l'activité agricole et économique de la région de Sidi Fredj, connue pour l'aridité de ses terres. 

Cette région autrefois très pauvre a vu son attractivité boostée par la culture de cette plante, originaire du Mexique. Autrefois cultivée pour les figues qu'elle produit, elle est désormais entièrement valorisée, à l'exception de ses épines. En effet, l'industrie cosmétique commercialise l'huile de ces figues, qui aurait des propriétés antirides. Des vertus nutritionnelles et médicinales ont également été découvertes : les fleurs sont utilisées pour faire de la tisane et la pulpe pour faire des jus ou des confitures. 

L'AFP rapporte que la FAO - l'Organisation des nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture - a observé une amélioration de la fertilité des sols grâce à l’eau contenue dans les racines. Khodir Madani, le directeur d’un laboratoire universitaire de recherche, a montré que lorsque de l’orge avait été planté entre les rangées de figuiers de barbarie, les rendements à l’hectare avaient été multipliés par sept. De plus, la récolte et la commercialisation des graines a permis d'assurer l'indépendance financière de plusieurs familles installées dans la région. 

Cette culture pourrait prendre de l’importance dans les régions menacées par la sécheresse car elle peut être développée sur des terres où aucune autre ne le peut. Une nouvelle usine a été inaugurée en 2018 à Sidi Fredj. L’AFP rapporte que la production d’huile dans cette région était de 1000 litres en 2018. L’objectif fixé pour 2019 est de 7000 litres. Cette huile est certifiée bio par des organismes étrangers car il n’y a pas d’organismes de certification bio en Algérie.