Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

LE BRIEF

Transition écologique : les cinq actus de la semaine

Le géant du e-commerce est une nouvelle fois attaquée pour concurrence déloyale pendant le confinement.
©Sundry Photography/shutterstock

À la une de l'actualité durable cette semaine : critiques et pétitions contre le géant du commerce en ligne Amazon, le lancement officiel de la cinquième génération (5G) du réseau mobile et la transformation de la Banque d’investissement européenne en banque du climat.

Une taxe exceptionnelle pour freiner l’expansion des ventes en ligne

Le Black Friday approche et pour faire face à l’expansion du e-commerce, 120 signataires composés de syndicalistes, personnalités politiques et libraires ont appelé l’Etat dans une tribune à imposer une taxe sur les ventes d'Amazon pendant la crise sanitaire.

"La fronde qui monte partout en France doit encore s'amplifier, car le monde rêvé par Amazon est en totale contradiction avec la profonde aspiration à des vies décentes sur une planète vivable", écrivent-ils dans le texte publié par Fanceinfo.

La controversée 5G est officiellement lancée

La cinquième génération du réseau mobile a signé son coup d’envoi mercredi 18 novembre. Toutefois, le service 5G n'est disponible que dans les zones où des antennes adaptées ont été installées pendant la phase d'expérimentation. L'Agence nationale des fréquences en avaient dénombré moins de 500 dans neuf villes : Paris (116), Marseille (95), Lille (89), Nantes (55), Montpellier (54), Lyon (24), Toulouse (22), Bordeaux (19) et Rouen (5).

Le réseau ne sera pleinement opérationnel qu’à partir de 2021, "au fur et à mesure que les installations 4G actuelles pourront offrir aussi la 5G", a expliqué le PDG d'Orange, Stéphane Richard sur BFM Business. Ainsi, chaque opérateur est dans l’obligation d’implanter 3000 nouveaux piliers d'ici à 2022, puis atteindre 8000 en 2024 et 10 500 en 2025. Cela sans compter sur les collectivités locales qui sont méfiantes de cette technologie et qui pourront retarder son déploiement.

Amazon, une nouvelle fois dans la tourmente

Une nouvelle pétition vise le géant du commerce en ligne Amazon. Les signataires souhaitent un Noël sans Amazon en privilégiant les commerces de proximité, qui souffrent du deuxième confinement, pour l’achat des cadeaux de Noël. La pétition appelle également à la mise en place de mesures nécessaires pour arrêter la concurrence déloyale que vivent les commerçants locaux. "C'est aussi une pétition positive au bénéfice des commerçants de proximité et d'un e-commerce plus durable", a expliqué l'ex-LREM Matthieu Orphelin.

Par ailleurs, certains plaident pour l’utilisation du numérique pour aider les petits commerces sans pour autant pointer du doigt Amazon. "Il faut aider le commerce français à se moderniser, pas arrêter Amazon", a observé mardi Yves Puget, le directeur de la rédaction du magazine LSA, sur RTL.

La France dispose de trois mois pour prouver ses efforts en matière de climat

Le verdict est tombé ce jeudi 19 novembre. La décision de justice rendue par le Conseil d’État oblige l’Hexagone à prouver ses engagements en matière de réduction de ses émissions dans les trois prochains mois.

Cette décision jugée "historique" par les ONG environnementales, fait suite à une saisine formulée en 2018 par la commune de Grande-Synthe dans le Nord de la France. Celle-ci a estimé qu'elle risquerait la submersion à cause de "l’inaction de l’ État en matière de lutte contre le changement climatique".

La Banque européenne d'investissement se transforme en banque du climat

Pour financer la transition écologique de l’ancien continent, Emmanuel Macron plaidait dans sa tribune pour l’Europe en 2019, pour la création d’une "banque du climat". Dorénavant, la Banque européenne d’investissement a obtenu le feu vert pour le devenir.

Les États membres de l’UE qui composent le Conseil d’administration de la Banque européenne d’investissement (BEI), ont approuvé le 11 novembre la Feuille de route de la BEI afin d’entamer sa mutation pour devenir la première banque du climat. Cette mise à jour permettra à l’institution financière d’aligner ses activités sur l’objectif de l’accord de Paris. Pour atteindre cet objectif, elle n’accordera aucun prêt aux nouveaux projets liés aux combustibles fossiles ou encore aux projets d’expansion des capacités aéroportuaires.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, pré-commandez notre guide « La transition écologique Made in France » à tarif préférentiel jusqu’au 27 octobre sur Ulule.

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour consommer 100 % local et responsable !

Pour en savoir plus et pré-commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs