Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

La Banque européenne d'investissement endosse le rôle de banque du climat

À compter de fin 2020, le Groupe BEI alignera toutes ses activités de financement sur les objectifs de l’accord de Paris.
©nitpicker/shutterstock

L'institution financière entend notamment mobiliser 1 000 milliards d'euros d'investissements en faveur du climat d'ici 2030. 

Les États membres de l'UE ont approuvé le 11 novembre la Feuille de route de la Banque européenne d'investissement (BEI), "qui expose en détail la manière dont le Groupe (...) entend soutenir les objectifs du pacte vert pour l’Europe et de développement durable en dehors de l’Union européenne" et qui entérine ainsi la mutation de l'institution financière en banque du climat.

Cette mise à jour devra permettre à la BEI d’aligner ses activités sur l’objectif de l’accord de Paris consistant à contenir l’élévation des températures mondiales à 1,5 °C, précise-t-elle dans un communiqué. Plus globalement, elle servira à "guider (ses) activités au cours des cinq prochaines années", avec pour ambition de consacrer plus de 50 % de ses financements annuels à des "investissements verts" d'ici 2025 et de mobiliser quelque 1000 milliards d’euros d’investissements sur le climat avant 2030. 

"La décennie 2021-2030 sera décisive pour mobiliser les milliers de milliards d’investissements nécessaires pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C et protéger l’environnement et la biodiversité, analyse Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI chargé de l’action pour le climat et de l’environnement. (...) Conformément aux vœux émis par le Conseil européen et les États membres de l’UE, le Groupe BEI a franchi une étape importante dans la transformation qui fera d’elle, à part entière, la banque européenne du climat ». 

Différents leviers d’action

Pour concrétiser ces objectifs, la BEI annonce l'identification de plusieurs domaines clés d'intervention, à commencer par l’accélération de la transition, via notamment la présentation, en 2021, d'un "plan d’adaptation" et d'une nouvelle politique de financement des transports.  

Ensuite, en encourageant une transition juste pour tous. "Le Groupe BEI veillera (...) à ce qu’aucun citoyen ni aucun lieu ne soit laissé de côté sur le chemin de la transition, insiste le communiqué. Le mécanisme pour une transition juste est la pierre angulaire de la réponse de l’UE à ce défi. Le Groupe BEI jouera un rôle central au sein du mécanisme, en soutenant à des degrés divers chacun de ses trois principaux piliers.  La BEI présentera un plan détaillé pour une transition juste en 2021, une fois que le mécanisme pour une transition juste de l’UE aura été adopté". 

La mise à l'écart des opérations non conformes à l'accord de Paris composera également l'un de grands leviers d'action de la BEI au cours des prochaines années. "Des critères clairs sont présentés pour différents secteurs et interprétés et appliqués dans le contexte de l’ensemble des produits du Groupe BEI. Parmi les exemples d’investissements spécifiques que le Groupe BEI ne soutiendra plus, citons les projets d’expansion des activités agricoles dans des zones contenant des stocks de carbone élevés, les projets d’expansion des capacités aéroportuaires et les nouvelles usines grandes consommatrices d’énergie conventionnelle", détaille-t-elle.