Valère Corréard est Directeur d'ID, l'Info Durable
©Clémence Demesme
L'Edito de Valère Corréard

"Les politiques ont fait de la Seine un symbole de la pollution des eaux"

"Et comment...oui j'irai" avait dit le chef de l'Etat en marge de l'inauguration du village olympique des Jeux de Paris. Même tonalité pour Anne Hidalgo un mois avant qui avait assuré qu'elle irait se baigner dans le fleuve en juillet. C'est dans ces eaux polluées que doivent notamment avoir lieu les épreuves du triathlon et de nage en eau libre, à condition que la qualité de l'eau le permette.

Se baigner dans la Seine ? Promesse non tenue pour Jacques Chirac qui avait aussi le sens de la formule..."Dans la Seine, la variété des espèces est en constante augmentation. Au dernier recensement, plus de 25 poissons différents trouvaient des conditions de vie adéquates dans la Seine... Voilà pourquoi j'affirme qu'on peut rendre un fleuve propre, et j'ai d'ailleurs indiqué que dans trois ans, j'irai me baigner dans la Seine devant témoins pour prouver que la Seine est devenue un fleuve propre " (programme électoral, 1988).

Avec un tel budget, une médiatisation massive et une parole politique fréquente sur le sujet, on fait du fleuve un symbole de la situation dans laquelle nous sommes".

Mais avec les JO de Paris c'est une autre histoire, le monde nous regarde et la Seine est polluée...D'ailleurs les tests prévus à l'été 2023 ont presque tous été annulés. Alors y arriveront nous ? Les politiques sont confiants, il faut dire que le budget public a été mis à contribution : 1,4 milliards d'euros. C'est ce que coûterait cette opération de dépollution pour rendre la Seine "baignable", la moitié serait pris en charge par l'Etat, le reste par des collectivités. Ce qui est faramineux dans ce montant, c'est autant ce qu'il représente en période de crise budgétaire que ce que coûte la dépollution d'un Fleuve.

Avec un tel budget, une médiatisation massive et une parole politique fréquente sur le sujet, on fait du fleuve un symbole de la situation dans laquelle nous sommes : la nature est souillée par nos activités et la remettre dans un état passable n'est pas une mince affaire.

Mais l'opportunité de ce dossier est bien là, montrer à toutes et tous qu'on ne remet pas en état ce bien commun d'un coup de baguette magique, que la Seine a beau être magnifique, elle est bel et bien polluée au coeur, à tel point qu'il peut être dangereux pour notre santé d'y faire trempette au risque d'attraper une gastro, une maladie de la peau, un staphylocoque.... Voilà ce fleuve qui est devenu un objet politique entier, et qui n'a pas fini de faire couler de l'encre. Cela dit, même si la réalité est difficile, elle a le mérite de nous ouvrir les yeux.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.