"La sobriété est la priorité pour atteindre la neutralité carbone."
©Kodda/Shutterstock
Politique

Décarbonation de l'industrie française: une facture de 50 milliards d'euros

La décarbonation de tous les sites industriels français coûtera 50 milliards d'euros d'ici 2030, a indiqué vendredi le gouvernement qui cherche à identifier "les sites possibles d'enfouissement" du CO2 excédentaire produit par les usines.

Le gouvernement a débloqué vendredi le premier milliard d'euros d'aides publiques pour lancer le mouvement de décarbonation annoncé en novembre par Emmanuel Macron.

La Première ministre Elisabeth Borne en a détaillé l'emploi, lors d'une visite au salon aéronautique du Bourget où elle a présidé un Conseil national de l'industrie (CNI) consacré à la planification écologique.

Quelque 250 millions d'euros seront ainsi ouverts pour des projets "de petite et moyenne ampleur" et "750 millions d'euros" iront à des "projets de plus grande ampleur, reposant sur des technologies émergentes", a-t-elle dit.

"Nouvelle révolution industrielle"

Pour le ministre de l'Industrie Roland Lescure, la décarbonation équivaut à une "nouvelle révolution industrielle", en ce qu'elle signifie d'investissements lourds, notamment pour électrifier des procédés et supprimer l'emploi d'énergies fossiles.

"Les projections que nous avons pu réaliser, sur la base des travaux de planification menés avec les filières industrielles, estiment ce coût à 50 milliards d'euros d'investissement total pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés à 2030", a-t-il dit à l'AFP en marge de la visite.

Le Conseil National de l'Industrie a réuni des représentants de toutes les filières industrielles du pays (aéronautique, agroalimentaire, automobile..) et de l'Etat, en marge du salon aéronautique du Bourget, lui aussi placé sous le signe de la réduction de l'empreinte carbone du secteur.

Interrompue dans son exposé par le bruit d'un avion de combat Rafale en pleine démonstration aérienne, Mme Borne a d'ailleurs noté que ce n'était "pas encore un avion électrique".

Les représentants des 50 usines les plus émettrices ont présenté leurs feuilles de route de décarbonation, dans lesquelles ils s'engagent à réduire de 45% leurs émissions de CO2 d'ici 2030, et de 80% d'ici 2050.

Ces 50 sites, des usines sidérurgiques, chimiques, des cimentiers ou fabricants d'engrais notamment, mais aussi quelques sites agroalimentaires, représentent 30.000 emplois et la moitié des émissions de l'industrie qui pèsent 18% des émissions nationales.

La Première ministre a annoncé le lancement d'une "consultation sur la stratégie" à adopter pour les industriels qui ne parviennent pas à éradiquer totalement les gaz à effet de serre de leurs procédés de fabrication et qui réclament des investissements pour capturer et stocker le CO2.

Mais elle a prévenu que ces technologies de pointe, pas toutes éprouvées, seront surtout réservées aux sites produisant des émissions "incompressibles".

"Autoroutes du carbone"

"Nous attendons les réactions des industriels, des associations et des citoyens d'ici le 29 septembre, dans trois mois", a précisé M. Lescure à l'AFP.

A terme, le ministre s'attend à la réalisation d'"autoroutes du carbone" pour évacuer tout ce CO2 incompressible, via un axe de "carboducs" qui seront les "infrastructures du XXIe siècle" vers des ports de liquéfaction pour le transport maritime du CO2 vers des lieux de stockage, a-t-il précisé dans les Echos.

Pour y parvenir, "il s'agira d'identifier les sites possibles d'enfouissement, d'abord dans les gisements de gaz naturel vides en mer du Nord, et plus tard pourquoi pas en France", a ajouté le ministre. Un appel à projet sera lancé "pour que les géologues puissent identifier les meilleurs options sur notre territoire".

Par ailleurs, la Première ministre a encouragé les patrons industriels français à réhabiliter les milliers d'hectares de friches laissées par la désindustrialisation du pays, afin de mener à bien leurs projets d'extension d'usines ou de décarbonation.

"Il y a entre 90.000 et 170.000 hectares de friches industrielles dans notre pays. Nous disposons donc du foncier nécessaire pour concilier réindustrialisation et sobriété foncière, mais à une condition: réhabiliter ces friches", a dit Mme Borne.

Avec AFP.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.