Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

AgroParisTech : des étudiants appellent à "bifurquer"

Discours prononcé lors de la cérémonie de remise des diplômes de AgroParisTech le mardi 30 avril 2022.
©Des agros qui bifurquent

A l'occasion de la cérémonie de remise des diplômes d'AgroParisTech, le 30 avril, à Paris, le collectif étudiant "Des agros qui bifurquent" est monté sur scène pour remettre en cause les enseignements de la grande école qui forme les futurs ingénieurs agronomes. "Nous ne nous considérons pas comme les talents d'une planète soutenable", ont-ils lancé.

Le 30 avril, les membres du collectif “Des agros qui bifurquent” se sont exprimés lors de la remise des diplômes de la promotion 2022 d'AgroParisTech. Leurs revendications ? Un appel à “bifurquer” face à une formation qui les prépare à des emplois "destructeurs" aussi bien pour l’environnement que pour la population. Retour sur les principaux points de leur discours coup de poing.

“Une formation qui pousse globalement à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours”

La remise des diplômes, symbole de réussite et d'accomplissement, s'est transformée le 30 avril en moment de réflexion sur la réalité du métier d’ingénieur agronome. “Nous sommes plusieurs à ne pas vouloir faire mine d’être fières et méritantes d’obtenir ce diplôme”, a déclaré la première intervenante du discours. 

Les enseignements de la grande école sont visés. Ils apprennent aux étudiants à  “trafiquer en labo des plantes pour des multinationales qui asservissent toujours plus les agricultrices et les agriculteurs”, “concevoir des plats préparés et des chimiothérapies pour soigner ensuite les maladies causées” ou encore à “compter des grenouilles et des papillons pour que les bétonneurs puissent les faire disparaître légalement".

Un message politique 

Les membres de ce collectif refusent la neutralité politique. Ils mettent en cause les “innovations technologiques” et les “start-up” qui servent le capitalisme dénonçant le terme de “transition écologique”, “une expression qui sous-entend que la société pourra devenir soutenable sans qu’on se débarrasse de l’ordre social dominant” et préfèrent le mot "bifurcation". 

“Nous nous adressons à celles et ceux qui doutent” 

Le collectif appelle à “bifurquer”, c’est-à-dire opérer une reconversion professionnelle qui ferait sens dans le contexte écologique actuel. "Nous avons décidé de chercher d'autres voies, de refuser de servir ce système et de construire nos propres chemins”, ont déclaré les diplômés. 

Après avoir rencontré des personnes “qui expérimentent d'autres modes de vie”, ces étudiants ont décidé de changer de voie. Tandis que l’un “prépare une installation en apiculture dans le dauphiné”, un autre “habite depuis deux ans à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes” et “fait de l’agriculture collective et vivrière”. 

Dans leur discours, ils souhaitent également amener leurs auditeurs à changer de mode de vie, “vous pouvez bifurquer maintenant”. Comment ? Le collectif énumère plusieurs alternatives comme “commencer une formation de paysan-boulanger”, “participer à un chantier dans une ZAD” ou encore “s’investir dans un atelier de vélo participatif”.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

 Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs