Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

6 Français sur 10 estiment que le choix d'une banque peut avoir un impact sur la société

©LittlePerfectStock/Shutterstock

Selon un rapport du Crédit Coopératif, 57 % des Français ne savent pas ce que les banques font de leur argent.

Le Crédit Coopératif a dévoilé la 3ème édition de l’Observatoire du sens de l’argent. Cette étude, réalisée par l’institut Viavoice du 10 au 17 juin 2022 auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, révèle que 75 % des Français estiment être en phase avec leurs valeurs dans "leur façon de gagner de l’argent". Ils sont également 8 sur 10 à penser que les entreprises et les individus peuvent contribuer "à une utilisation plus juste de l’argent".

Prêtant à l’argent un pouvoir "sociétal, politique et bien sûr économique", les Français sont 86 % à penser qu’il peut favoriser le développement local, et 78 % qu’il peut agir pour l’environnement, mais aussi réduire les inégalités sociales. "À l’heure où les Français s’inquiètent de la baisse du pouvoir d’achat, ils gardent à l’esprit le pouvoir transformateur de l’argent sur le long terme", ajoute le communiqué. 

Un flou autour du rôle des banques

Le rapport du Crédit Coopératif nous apprend également que 41 % des Français "ne savent pas vraiment", et 16 % "ne savent pas du tout" ce que les banques font de leur argent, soit un total de 57 % "qui méconnaissent la destination de leurs dépôts au sein de leur établissement bancaire". D’après l’étude, les banques souffrent "d’idées qui ont la vie dure" puisque pour 28 % des sondés, aucune banque "ne se préoccupe vraiment" de l'intérêt collectif.

Enfin, 6 Français sur 10 estiment que le choix d'une banque peut avoir un impact sur la société. Ils attendent majoritairement d’une banque "responsable et durable" qu’elle pratique "une politique de tarifs responsables sans chercher à vouloir réaliser une marge très élevée sur ce qui est vendu" (52 %). Le communiqué de presse ajoute que pour estomper les doutes des plus réticents, "les banques doivent d’abord rassurer les Français au travers de la qualité de leur relation client. Puis, elles doivent apporter des éléments de preuve sur l’utilisation des dépôts qui leur sont apportés, en toute transparence."