Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

Les encours des fonds labellisés européens ont doublé en un an

©Buffik/Pixabay

Le nombre de fonds labellisés européens a été multiplié par 1,5 entre 2020 et 2021.

Novethic vient de dévoiler son panorama des labels européens de finance durable. D’après le rapport, "les encours des fonds labellisés ont doublé entre fin 2020 et fin 2021" pour atteindre les 1 337 milliards d’euros au 31 décembre 2021. Ces derniers sont majoritairement investis en actions (49 %), puis en obligations (18%) et en fonds d’allocations (14%). Par ailleurs, l’étude souligne que "la part d’encours des fonds multilabellisés représente près d’un quart du total (24%)". Le nombre de fonds labellisés a quant à lui été multiplié par 1,5, passant de 1418 à 2 119 fonds en une année. 

La France en tête de peloton

Avec un encours de 559 milliards d’euros, la France est le pays européen comptant le plus de fonds labellisés (707), devant le Luxembourg (485) et la Belgique (129). Si quatre labels totalisent plus de 100 milliards d’euros sous gestion, "deux labels font la course en tête depuis 2019 : le label ISR français et la certification belge Towards Sustainability." Le rapport précise qu'"au 31 décembre 2021, le leader en nombre de fonds était le label ISR (950), tout comme en volume d’encours (777 milliards)". Avec 74 fonds labellisés à son actif, le label français Greenfin a pour sa part connu une progression de 2,2 % de ses encours sur un an, pour atteindre les 31 milliards d'euros.

L'influence de la réglementation européenne

Le rapport souligne également l'influence de la réglementation sur le marché des labels européens. Six des neuf labels ont déjà introduit "une obligation de conformité avec l’Article 8 et/ou l’Article 9" du SFDR, "ce qui leur permet de superviser les pratiques revendiquées". Durant ces 12 derniers mois, quatre labels ont pour leur part révisé leurs référentiels "pour mieux s’articuler avec le règlement SFDR. Ces révisions ont par ailleurs permis de préciser les attentes sur la prise en compte de critères de durabilité 'matériels' dans la gestion financière". En outre, trois labels "commencent à intégrer la taxonomie européenne au calcul de la part verte des fonds thématiques."