Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

HSBC : un haut dirigeant suspendu après ses propos sur l'impact du changement climatique

©JUSTIN TALLIS / AFP

HSBC a suspendu l'un de ses hauts dirigeants qui a tenu des propos minimisant l'impact du changement climatique, affirme le FT, et les associations de défense de l'environnement s'inquiètent qu'il ne soit pas le seul avec ces positions dans la banque.

Le Financial Times écrivait dimanche, citant des sources proches du dossier, que la banque britannique a suspendu Stuart Kirk, directeur mondial de l'investissement responsable à la division de gestion d'actif, après qu'il a accusé les banquiers centraux et des responsables politiques d’exagérer l'impact du changement climatique.

Des porte-paroles d'HSBC joints par l'AFP ont refusé de commenter cette information lundi. Dimanche, Noel Quinn, directeur général du groupe, avait réagi en disant "ne pas être d'accord du tout" avec les remarques faites par M. Kirk lors d'une conférence organisée par le FT. "Elles ne sont pas en ligne avec la stratégie d'HSBC et ne reflètent pas les positions de la direction d'HSBC ou de sa branche gestion d'actifs. Notre ambition est d'être la principale banque menant la transition vers la neutralité carbone", a insisté M. Quinn.

Des propos polémiques

M. Kirk a entre autres déclaré d'après le FT: "Qu'est-ce que ça peut faire si Miami est six mètres sous l'eau dans 100 ans? Amsterdam est sous l'eau depuis des lustres, et c'est un endroit très agréable. Nous nous adapterons." Amsterdam est sous le niveau de la mer et une grande partie des Pays Bas se situe plusieurs mètres également sous ce niveau. Beau O'Sullivan, un porte-parole de l'ONG Bank on our Future, affirme dans un communiqué lundi qu'HSBC "doit expliquer comment des commentaires aussi offensifs et inexacts ont pu être validés, et dans quelle mesure d'autres hauts dirigeants partagent les positions de M. Kirk".

"C'est un autre coup massif à la réputation d'HSBC sur le climat (...) Les investisseurs et clients devraient à raison questionner et scruter les promesses de la banque (...) et ne pas oublier qu'HSBC risque des mesures (punitives) du régulateur de la publicité au Royaume-Uni pour greenwashing", ajoute-t-il. "Le fait que cela vienne du directeur mondial de l'investissement responsable fait frissonner", a renchéri Veronica Oakeshott, une porte-parole de l'ONG Global Witness.

Dénonçant "tout un secteur qui continue à financer la déforestation, les carburants fossiles et l'effondrement climatique", elle accuse HSBC d'être "l'une des pires" banques. "Nous ne pouvons pas compter sur la bonne volonté des institutions financières pour faire volontairement les bonnes choses. Nous avons besoin des gouvernements pour légiférer et empêcher la finance de soutenir des entreprises qui détruisent le climat", conclut Mme Oakeshott. Les assemblées générales annuelles des banques HSBC, Barclays et Standard Chartered ont été perturbées récemment par des manifestants pro-environnement leur demandant d'arrêter d'investir dans les carburants fossiles.

Avec AFP.