Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

Climat: la France demande à l'UE de reconnaître l'apport du nucléaire

Image Ulrike Leone/ Pixabay

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a demandé vendredi à ses homologues de l'UE de reconnaître l'apport de l'énergie nucléaire dans la lutte contre le changement climatique et d'inclure cette filière dans une liste d'investissements "durables" pour en faciliter le financement.

"Soit nous luttons contre le changement climatique avec une approche idéologique et nous échouerons, soit nous luttons contre le changement climatique avec une approche scientifique et dans ce cas nous réussirons. Mais cela signifie reconnaître la valeur ajoutée de l'énergie nucléaire", a déclaré M. Le Maire, lors d'une réunion à Kranj (Slovénie).

La Commission européenne doit proposer avant la fin de l'année une liste des énergies considérées comme vertueuses à la fois pour le climat et l'environnement ("taxonomie verte"). Cette classification ouvrira l'accès à la finance verte et donnera un avantage compétitif aux filières reconnues, un enjeu crucial en vue du renouvellement du parc nucléaire français.

Le sujet divise les Etats membres. Si la France, la Pologne et la République tchèque défendent l'atome, des pays comme l'Allemagne et l'Autriche y sont farouchement opposés, à l'instar de nombreuses ONG qui y voient une technologie risquée. La "taxonomie" proposée par Bruxelles pourra être rejetée par les eurodéputés ou une majorité d'Etats membres.

"Je veux juste rappeler aux autres Etats membres et aux citoyens européens que deux rapports d'experts sont arrivés à la même conclusion, à savoir que l'énergie nucléaire est nécessaire pour lutter contre le changement climatique", a plaidé Bruno Le Maire.

En juin 2019, un groupe d'experts sur la finance durable avait conclu que l'énergie nucléaire, qui n'émet pratiquement pas de CO2, pouvait "contribuer à atténuer le changement climatique" - mais sans conclure sur ses dommages environnementaux potentiels.

Dans un rapport rendu fin mars, le service scientifique de la Commission européenne (Centre commun de recherche, CCR) a estimé qu'"aucune analyse ne fournit de preuves scientifiques que l'énergie nucléaire porte atteinte à la santé humaine ou à l'environnement davantage que les autres énergies" susceptibles d'intégrer la taxonomie. "Il n'y a aucune raison pour que l'énergie nucléaire ne soit pas incluse d'ici la fin de l'année dans la taxonomie européenne", a martelé M. Le Maire.

Avec AFP.