Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Analyses

Finance durable : qu’est-ce que le "Say on Climate" ?

©epicantus/pixabay

Mouvement impulsé par les actionnaires, le Say on Climate consiste à exiger des sociétés qu’elles mettent en œuvre une stratégie climat.

Une étude publiée par le journal britannique The Guardian révèle qu’entre 1965 et 2017, 20 entreprises ont émis à elles seules 480 milliards de tonnes de CO2, soit 35 % des émissions mondiales. Afin de pousser les sociétés cotées à prendre davantage en compte les enjeux de transition écologique, le milliardaire britannique Chris Hohn a donc lancé, par l’intermédiaire de son fonds activiste The Children’s Investment Fund Foundation, le Say on Climate en 2020. 

Le poids des actionnaires

Visant à lutter contre l’indifférence au changement climatique, le Say on Climate est une résolution proposée lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires. Portant sur la politique climat des entreprises cotées ainsi que sur le suivi de cette dernière, elle peut être déposée par l’entreprise elle-même ou par ses actionnaires.

Cette résolution permet d’assurer un dialogue permanent sur les questions environnementales entre les investisseurs, les entreprises et leurs parties prenantes. Elle répond également à une demande croissante des investisseurs, qui réclament une accélération de la transition énergétique ainsi qu’un meilleur alignement des sociétés avec l’Accord de Paris.

Toutefois, le Say on Climate n’est encadrée par aucune réglementation. Une absence de cadrage juridique qui rend l’avis des actionnaires non contraignant pour l’entreprise, affaiblissant par conséquent la portée de ces résolutions.

Une résolution adoptée par les entreprises françaises

Alors qu’elles n’étaient que trois en 2020, dix entreprises françaises se sont prêtées au jeu du Say on Climate en 2022, à savoir Amundi, Carrefour, EDF, Elis, Engie, Getlink, Icade, Mercialys, Nexity et TotalEnergies. Des plans climat passés au crible par le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR) dans une étude publiée en juin, qui révélait que le taux d’approbation moyen des dix entreprises pour cette initiative était de 93 %. Des résultats qui soulignaient selon le FIR "des progrès sur l'harmonisation du reporting avec des critères et indicateurs précis".

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.