Environnement

Zimbabwe : une "GoogleMap des rhinocéros" pour lutter contre le braconnage

©MicheleB/Shutterstock

La Fondation Sigfox a lancé le projet "Now Rhinos Speak" et équipe les rhinocéros de capteurs permettant aux rangers de les localiser dans les réserves naturelles, afin de mieux les protéger. 

"Maintenant les rhinocéros peuvent parler"... La Fondation Sigfox a lancé des prototypes de capteurs, actuellement testés dans la réserve naturelle du Zimbabwe et en Zambie. Ils sont intégrés aux cornes des rhinocéros, endormis grâce à des tranquillisants, et permettent d’envoyer leurs coordonnées GPS à des stations à raison d’une à trois fois par jour. Ces stations, alimentées à l’énergie solaire, les transmettent ensuite aux rangers via une application proposant une carte interactive de la réserve. 

Au Zimbabwe, 49 rhinocéros ont été équipés de ces prototypes. Les gardiens sont ainsi alertés lorsque les animaux s’éloignent et atteignent les limites du parc, où ils sont exposés à la pratique du braconnage. La responsable de la Fondation Sigfox compare ce système à une "GoogleMap" des rhinocéros. 

Des espèces en grand danger

Les rhinocéros sont régulièrement victimes de braconnage, bien que le commerce international de cornes de rhinocéros soit interdit depuis 1977 par la CITES – Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Une fois réduites en poudre, ces cornes sont notamment utilisées dans la médecine traditionnelle asiatique qui leur attribue des vertus curatives - supposées. 

WWF dénombre 1028 rhinocéros tués en Afrique du Sud en 2017. L’ONG explique sur son site que "les trafiquants ont recours à des méthodes de plus en plus sophistiquées pour échapper aux autorités", telles que l’utilisation d’hélicoptères ou de matériel de vision nocturne. "Cela signifie que les gouvernements et les défenseurs de l’environnement doivent atteindre ce même niveau de technologie pour pouvoir remédier au problème".