Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID D'AILLEURS

Washington : le compost humain bientôt légalisé !

©Magnus Binnerstam/Shutterstock

Une loi proposant de légaliser l'humusation vient d'être votée dans l'État de Washington. Le procédé consiste à recouvrir un corps de paille ou de copeaux de bois, pour accélérer sa décomposition. 

Ce projet de loi avait été déposé au début de l'année. Il vient d'être voté par l'organe législatif de l'État de Washington et, une fois signé par le gouverneur Jay Inslee, la loi entrera en vigueur le 1er mai 2020. L'État de Washington sera alors le premier au monde à légaliser cette pratique. Il n'y aurait que peu d'inquiétudes à avoir concernant l'accord du gouverneur : l'homme s'est récemment porté candidat à la présidence américaine pour "combattre le changement climatique" et a déclaré que l'humusation "semblait être un effort réfléchi pour réduire notre empreinte environnementale" (des propos rapportés par AP NEWS). 

Ce projet de loi, déposé par le sénateur démocrate Jamie Pedersen, s'inspire du fonctionnement de l'entreprise de compostage humain "Recompose", dirigée par Katrina Spade. Le site de l'entreprise présente cette solution comme un service permettant de transformer "en douceur les restes humains en terre, afin que nous puissions alimenter de nouvelles vies après notre mort". 

Ce procédé d'humusation - ou de recomposition - consiste à couvrir le corps de matière organique pour accélérer sa décomposition naturelle. Katrina Spade précise qu'il ne faut que 3 à 7 semaines pour qu'un corps humain se transforme en compost.

En laissant les processus organiques transformer notre corps et ceux de nos proches en terreau utile, nous renforçons notre relation à la nature tout en enrichissant la terre. Recompose.

Lors d'une conférence TedX, Katrina Spade a expliqué que ce procédé permettait de réduire le gaspillage, d'éviter de polluer les cours d'eau et les nappes phréatiques avec les liquides servant à l'embaumement, d'éviter d'émettre du CO2 lors des crémations ou de la fabrication de cercueils et de tombes. Une tonne de CO2 serait sauvée à chaque fois que l'on opte pour la recomposition au lieu de la crémation ou de l'inhumation d'après ses propos. 

L'ultime action que la plupart d'entre nous réalisons sur cette Terre est de l'empoisonner. Katrina Spade (conférence TedX, vidéo à voir en fin d'article). 

La solution, telle qu'elle est aujourd'hui testée, permettrait aux proches du défunt de conserver le terreau produit sur une propriété privée - un mètre cube de compost par corps - pour y planter un arbre par exemple. Un projet pilote a déjà été mené l'an dernier à l'Université de Washington : six corps humains ont été transformés en terre. 

Voici la retransmission de la conférence TedX sur le compost humain, à laquelle Katrina Spade a participé :