ID D'AILLEURS

Vietnam : le gouvernement annonce l'interdiction du glyphosate

©FRANKHOERMANN / SVEN SIMON / SVEN SIMON / DPA PICTURE-ALLIANCE

Le 10 avril, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural vietnamien a annoncé que le glyphosate allait être retiré de la liste des produits autorisés dans le pays, mettant en cause sa "toxicité". 

Cette décision intervient après la condamnation de Monsanto par un tribunal fédéral en Californie, le 24 mars. Il s’agit du second revers judiciaire de la firme, qui doit verser des millions de dollars à deux personnes atteintes d’un cancer attribué au Roundup - un herbicide contenant du glyphosate et commercialisé par la firme. Cette seconde décision pourrait servir de jurisprudence pour les milliers d’autres plaintes engagées à l’encontre de la firme aux USA. 

Le 27 mars, à la suite de la délivrance du verdict à San Fransisco, le gouvernement vietnamien avait tout d'abord annoncé l'interdiction des importations de tout herbicide en contenant. "Dès que nous avons entendu ce second verdict selon lequel le glyphosate est lié au cancer, nous avons publié un document interdisant l’importation de nouveaux herbicides contenant l’ingrédient actif", a expliqué Hoang Trung, chef du département de la protection des végétaux rattaché au ministère de l’Agriculture et du développement rural, cité par la quotidien Tuoi Tre

Ce produit était autorisé dans le pays depuis 1994 et son usage était très répandu. Près de 30 000 tonnes de glyphosate étaient écoulées chaque année, dont 60 % contenues dans des herbicides. 

Au Vietnam, ce n’est pas la première fois que Monsanto est accusé de fabriquer des produits toxiques pour la santé. Les autorités se battent depuis des années pour que la firme reconnaisse et dédommage les Vietnamiens victimes de l’Agent Orange, un défoliant toxique contenant de la dioxine, utilisé par l’armée américaine pour détruire la forêt et faciliter l’avancée des troupes durant la guerre du Vietnam – entre 1961 et 1971. L’association des victimes vietnamiennes de l’Agent Orange reporte près de trois millions de personnes encore affectées aujourd’hui.

Une décision provoquant l'ire des autorités américaines

Le Monde rapporte les propos tenus par Sonny Perdue à la suite de l'annonce du 10 avril. Le secrétaire d'État américain à l'Agriculture met en avant sa déception vis-à-vis de cette décision, "qui va avoir des effets dévastateurs sur la production agricole mondiale".

Si nous voulons nourrir 10 milliards de personnes en 2050, tous les agriculteurs du monde entier doivent avoir accès à tous les outils et technologies à leur disposition. Sonny Perdue, secrétaire d'État américain à l'Agriculture (des propos rapportés par Le Monde). 

Sonny Perdue insiste également sur le fait que le Vietnam n’a pas respecté l’obligation de notifier ce changement de réglementation à l’OMC - l'Organisation Mondiale du Commerce -, supposant que les USA pourraient établir un recours devant l’institution. "À de nombreuses reprises, le ministère de l’Agriculture américain a partagé (avec les autorités vietnamiennes) des études scientifiques de l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement et d’autres organisations internationalement reconnues concluant que le glyphosate ne posait probablement pas de risques cancérigènes pour les humains", a également mis en avant le secrétaire d'État. Le Monde rappelle toutefois que Sonny Perdue est critiqué en raison de ses liens avec des lobbyistes de Monsanto.

Si le produit a été reconnu comme "cancérigène probable" par l'OMS - l'Organisation Mondiale de la Santé - en 2015, la multinationale affirme, elle, que "la science confirme que les désherbants au glyphosate ne causent pas le cancer ". 

Nos informations vous intéressent ? À la rédaction parisienne d’ID, nous œuvrons chaque jour pour vous proposer toujours plus de solutions. Notre nouveau défi ? Nous rendre au plus près de chez vous, à la rencontre des acteurs du changement partout en France.

Nous avons entrepris une levée de fonds avec l’ambition de développer notre média en régions : votre soutien sur KissKissBankBank peut faire la différence, pour faire avancer les solutions de proximité !