Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

HUMEUR

Tuer plus pour protéger mieux ?

©AndreyUG/Shutterstock

"Tuer plus pour protéger mieux" : tel est le crédo des chasseurs qui s’accommodent d'improbables subtilités. C'est ainsi que, sans rire, ils se prétendent les meilleurs protecteurs de la nature. C'est oublier que seul le gibier les intéresse. Portent-ils un seul plan d'action en faveur d'une espèce menacée non chassable ? La réponse est non.

En fin de semaine, les excités de la gâchette auront le plaisir de reprendre du service avec l'ouverture officielle de la chasse. Mais ils se sont réjouis, dès le 27 août, d'avoir réussi un "coup du roi" (qui consiste à tirer un gibier à la verticale pour qu'il tombe aux pieds) en provoquant la démission du ministre de la Transition écologique. Ils auraient tort de sabler le champagne devant ce pathétique tableau de chasse car l'événement a, au contraire, provoqué une prise de conscience inédite dans la société civile.

Les réseaux sociaux ont montré avec dynamisme que la société n'était pas solidaire avec les cadeaux faits aux chasseurs. Las, ces derniers ont sorti une nouvelle cartouche pour vanter leur mérite. À grand renfort d’affichage, les voilà questionnant : "les chasseurs premiers écologistes de France ?". En soulignant leur action pour la sauvegarde de la biodiversité et des milieux.

Chacun sait que le ridicule est moins meurtrier que les coups de fusils, mais pour apporter une information lucide au débat, il me paraît bon de rappeler que les chasseurs Français s'en prennent à 64 espèces d'oiseaux (le plus grand nombre au niveau européen !) dont une vingtaine figure sur la liste rouge de l'Union Nationale de Conservatoire de la Nature (UICN). À titre d'exemple, la tourterelle des bois a perdu 80 % de ses populations et on continue à en abattre près de 100 000 par an.

De même, le Muséum National d'Histoire Naturelle et le CNRS a révélé la perte d' 1/3 des populations d'alouettes des champs, ce qui n'empêche pas les porteurs de fusils de vouloir en piéger ou en tuer 500 000 par an. Ça, c'est de la protection de la nature... !!!