QUESTION DE LA SEMAINE

Trottinettes électriques en ville : ce que vous en pensez

©François Guillot/AFP

Cette semaine, ID vous a posé la question suivante : "Êtes-vous pour ou contre la trottinette électrique en ville ?" Vous êtes une majorité à être pour, mais vous estimez qu'il faudrait davantage encadrer cette pratique. 

Vous pouvez encore voter ci-dessous : 

Mobilité douce : êtes-vous pour ou contre la trottinette électrique en ville ?

Choix

 

Vous êtes une majorité à approuver le déploiement de la trottinette électrique en ville (74 % des répondants à date de publication) : parmi ces avis favorables, vous êtes 17 % à estimer que ce nouvel outil de mobilité urbaine est pratique et écolo, et à croire en son avenir. À Paris, 12 opérateurs existent et 20 000 trottinettes électriques sont en circulation, selon la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Cela vient d'arriver, donc forcément les gens font n'importe quoi. Mais quand ce sera rentré dans la norme, il n'y aura plus de problème. Je suis à fond pour rendre Paris beaucoup plus accessible aux vélos et autres moyens de transport. 

Mais vous êtes aussi 57 % à juger qu'il faudrait encadrer cette pratique, tandis que ce transport arrivé en libre-service en 2018 dans plusieurs villes françaises a déjà causé un certain nombre d'accidents. Un usager a même trouvé la mort le 10 juin dernier à Paris.

Pour moi, les transports légers électriques sont super, mais ils doivent respecter les mêmes règles que les vélos en raison de leur vitesse : adapter leur vitesse, rouler sur les pistes cyclables, respecter le code de la route, voire le port du casque obligatoire. 

Comme Me Arnaud Touati, avocat associé chez HASHTAG Avocats, le rappelait dans une récente chronique juridique pour ID, les utilisateurs ne sont pas considérés comme des piétons mais comme des usagers de véhicules à moteur. "Quelle que soit leur vitesse, les trottinettes électriques ne peuvent être utilisées que sur la route ; en cas de manquement à cette règle, l’utilisateur est passible d’une amende forfaitaire de 135 €, même si dans les faits, les trottinettes électriques sont tolérées sur les pistes cyclables jusqu’à 25 km/h ainsi que dans les zones piétonnes, voire même sur les trottoirs à allure modérée. À l’heure actuelle, il n’existe pas d’incrimination juridique spécifiquement dédiée à l’usage d’une trottinette électrique." 

Cela devrait bientôt changer, avec la promulgation en septembre de la Loi sur les mobilités : Ouest France propose d'ailleurs un petit quiz pour tout savoir sur le "code trottinette". À noter que l'Assemblée nationale a voté vendredi 7 juin "contre une obligation du port du casque à vélo ou trottinette électrique", comme le relate l'AFP. En attendant septembre, une charte de bonne conduite a été signée le 13 mai dernier par la Ville de Paris et les principaux opérateurs, pour que ce nouveau service de trottinettes électriques partagées sans station "se déploie dans des conditions respectueuses des autres usagers de l’espace public". La maire de Paris Anne Hidalgo a par ailleurs annoncé entre autres l'interdiction, le 6 juin dernier, des trottinettes électriques sur les trottoirs. Nul doute là-dessus, la trottinette alimentera encore nombre de débats : affaire à suivre donc...