Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

le débrief'

Transition écologique : les actus de la semaine du 17 octobre

©S. Bonaime/Shutterstock

Le réchauffement climatique plus important en France, l'Etat condamné sur le volet de la pollution de l'air, un coup de pouce au secteur automobile électrique... Voici ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine. 

BNP Paribas, accusée de déforestation

Plusieurs associations, dont la française Notre Affaire à Tous, ont mis en demeure BNP Paribas, qu'elles accusent de contribuer à la déforestation de terres amazoniennes. Elles somment la banque de cesser son appui financier à Marfrig "deuxième plus grande entreprise de conditionnement de viande du Brésil". D'après elles, ce géant de l'agroalimentaire s'est "directement et indirectement approvisionné en bétail auprès d'éleveurs qui élevaient illégalement leurs bêtes sur des territoires indigènes", ainsi que dans des "exploitations agricoles impliquées dans des pratiques assimilables à l'esclavage". L'établissement français accusé s'est défendu, assurant que "BNP Paribas est la seule banque internationale à avoir adopté des exigences aussi précises en termes d'absence de déforestation et de traçabilité". 

Pollution de l'air : l'Etat français condamné à verser une somme record

L'Etat français a été condamné par le Conseil d'Etat à verser la somme record de 20 millions d'euros d'astreinte. En cause, celui-ci n'a pas agi assez rapidement contre la pollution de l'air. Il avait déjà été condamné l'an passé à 10 millions d'euros d'amende sur le même sujet. 

30 degrés en octobre, bientôt la norme ? 

Les températures sont particulièrement douces dans le pays ces derniers jours. Le week-end dernier, plusieurs villes du sud-ouest ont même passé la barre des 30°C. Climat "exceptionnel" à la mi-octobre ? Il devrait l'être "de moins en moins" a dit Météo-France qui prédit des situations similaires "récurrentes" dans le futur. 

Automobile : tout miser sur l'électrique

Cette semaine, Paris a accueilli le Mondial de l'automobile 2022. Pour cette édition, l'accent est visiblement mis sur le développement de l'électrique. Le gouvernement a d'ailleurs annoncé qu'une enveloppe de 70 millions d'euros lui serait allouée. Dimanche dans un entretien auprès des Echos, Emmanuel Macron a également promis de rehausser le bonus écologique - aide national à l'achat d'un véhicule propre - de 6000 à 7000 euros. Enfin, dans un récent sondage, 30 % des Français se sont dits prêts à passer le cap de l'acquisition d'une voiture électrique. Mais les modèles hybrides semblent rafler la mise, avec 54 % de sondés se disant convaincus. 

La consommation française de gaz a baissé

La ministre de la Transition énergétique a affirmé cette semaine que la consommation de gaz en France enregistrait déjà une "baisse à deux chiffres", soit 14 % depuis le mois d'août par rapport à celle connue ces cinq dernières années en moyenne. En revanche, les calculs excluent la consommation des centrales à gaz, très sollicitées ces derniers mois pour pallier les difficultés de disponibilité du parc nucléaire. Dans la même dynamique, la consommation moyenne d'électricité enregistre elle aussi une baisse estimée à 5 % par rapport aux niveaux pré-Covid, a fait savoir RTE. 

Urgence climatique : des scientifiques à l'Assemblée 

Plusieurs scientifiques de renom se sont rendus à l'Assemblée nationale mercredi pour alerter les députés quant à l'urgence climatique. Valérie Masson-Delmotte, membre du GIEC, leur a par exemple rappelé que sous l'effet du réchauffement, les événements météorologiques extrêmes se feraient "plus fréquents et plus sévères". L'économiste spécialisée Céline Guivarch a pour sa part assuré que la mise en place d'actions pour lutter contre le réchauffement "coûte moins cher que d'en subir les dommages". Quant à l'expert biodiversité Philippe Grandcolas, il a alerté les élus sur le risque d'extinction d'un million d'espèces "en quelques décennies". 

France : le changement climatique s'annonce pire que prévu

D'après une étude parue jeudi, le réchauffement climatique en France pourrait être sous-estimé. En effet, il apparaît que les températures pourraient grimper de +3,8 degrés en 2100 par rapport au début du XXe siècle. Si le pays ne baisse pas drastiquement ses émissions, son climat se réchauffera à hauteur de 20 % de plus que la moyenne mondiale, qui selon l'ONU devrait atteindre +2,7 degrés.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.