ID D'AILLEURS

Suisse : de l'énergie solaire produite grâce à la neige

L'installation de panneaux photovoltaïques à Davos.
©Annelen Kahl

Selon un groupe de chercheurs, la production hivernale d’énergie solaire pourrait être augmentée en installant des panneaux photovoltaïques en haute montagne. Ils publient une étude dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences .

Installer des panneaux photovoltaïques en haute montagne pourrait permettre d’augmenter les rendements énergétiques car l’exposition solaire est plus importante que sur les plateaux. Mais les chercheurs du laboratoire des sciences cryosphériques de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et de l’institut SLF pour l’étude de la neige et des avalanches ont aussi découvert que la neige contribuerait à augmenter la production de courant car elle permet de réfléchir le rayonnement solaire

Des essais viennent d’être réalisés sur le Totalp (dans le domaine skiable de Parsenn à Davos). Les chercheurs travaillent avec les services d’électricité de la ville de Zurich et l’Université des sciences appliquées de Zurich pour répondre à des questions pratiques telles que le degré d’inclinaison des panneaux photovoltaïques (qui doit permettre à la neige de glisser des installations). 

Ces chercheurs ont tenté de résoudre un problème majeur lié à la production d’énergie solaire : le déséquilibre dû aux variations saisonnières. En hiver, les panneaux photovoltaïques installés sur les plateaux connaissent un déficit d’alimentation. Le stockage à grande échelle est jusqu’ici peu rentable et entraîne d’importantes pertes énergétiques. Ces recherches s’inscrivent dans le cadre de la Stratégie Énergétique 2050 : la Suisse prévoit en effet de sortir de l’énergie atomique d’ici là et de passer à 100 % d'énergies renouvelables pour sa production électrique. 

Nos travaux montrent que le déficit de production qui découlera de la sortie du nucléaire peut être mieux compensé par la construction d’installations photovoltaïques en montagne que par des modules sur les toitures du Plateau car chaque mètre carré produit non seulement plus d’électricité mais également à un meilleur moment Annelen Kahl, chercheuse ayant participé à l’étude, citée dans le rapport du SLF.