Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Sécheresse : la forêt tente de survivre

Depuis juillet, la sécheresse a causé des dépérissements au niveau du feuillage des arbres et des plantes.
©Nicolas Guyonnet/Hans Lucas /AFP

L'environnement suffoque à cause de la sécheresse récurrente causée par les canicules et le manque des pluies. 

Avec la sécheresse, des arbres meurent. La forêt, en France et ailleurs, est passée en "mode survie" cet été, explique à l'AFP Sylvain Delzon, biologiste écologue à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) à Bordeaux, et docteur en écophysiologie végétale.

Est-ce que sécheresse et canicule ont beaucoup pesé sur les forêts cet été?

Il y a une accélération de la mortalité rapide d'arbres liée à la sécheresse, c'est-à-dire au manque d'eau dans les sols. La sécheresse a un impact très fort, beaucoup plus fort que la canicule. On a observé des dépérissements au niveau du feuillage des arbres dès juillet, des individus complètement secs. On a traversé un mois et demi sans pluie un peu partout en France, c'est une sécheresse sévère.

Les feuilles ont fermé leurs stomates, servant à l'évapo-transpiration de l'arbre pour essayer de le protéger d'une chaleur excessive, et il finit par se dessécher. Les arbres feuillus peuvent perdre l'intégralité de leur feuillage. Certains pourront repartir, mais d'autres ne repartiront pas. Un cerisier ou un peuplier peut repartir. Mais un conifère qui a roussi, on peut considérer qu'il est mort. Néanmoins, on n'a pas encore de recul sur le phénomène de cet été pour avoir des chiffres très précis.

Où constate-t-on le plus de mortalité d'arbres?

J'ai constaté des mortalités de chênes, de frênes et de lilas dans le Sud-Ouest. Dès le 1er juillet, l'Office national des forêts (ONF) a alerté sur un dépérissement des hêtres et des pins sylvestres dans l'Allier, et les chênes de la grande forêt de 22.000 hectares de Tronçais sont aussi affaiblis. Dans la forêt de Vierzon (Cher), les chênes, hêtres et les pins sont touchés. Cet été, la presse locale a même rapporté la mort d'un cèdre plus que centenaire en Corrèze, victime de trois sécheresses successives ! Le centre de la France et le Sud-Ouest semblent très touchés. En Europe, on constate aussi des dépérissements de certaines espèces de pins en Espagne, et en Italie.

Est-ce que la forêt est menacée de mourir de soif? Que peut-on faire?

En tant que paysage, on n'observe pas un dépérissement massif sur des milliers d'arbres. On voit des individus mourir, pas des forêts. En revanche, la forêt est en mode survie. Elle aura peut-être stocké moins de carbone cet été (puisque la photosynthèse s'est arrêtée sur certains arbres, NDLR). Ce qui est menacé, c'est le stockage du carbone. L'écosystème peut redevenir source de carbone alors qu'il était puits de carbone.

Pour adapter la forêt au changement climatique, on parie dans certains endroits sur des -îlots d'avenir- où l'on plante des espèces venant d'autres pays plus chauds, mais ce sont des paris risqués qui risquent d'introduire des espèces invasives. Nous favorisons plutôt des plantations de la même espèce avec des arbres plus résistants, par exemple des chênes du sud de l'Europe qui seraient adaptés plus au nord. Nous favorisons aussi les mélanges de populations pour essayer de développer la résistance à la sécheresse, il faut des forêts mélangées, et surtout pas clonales, pour augmenter la capacité adaptative au changement climatique. C'est un travail de très longue haleine.

Dans les plantations d'arbres exploitées pour leur bois, comme dans le Sud-Ouest, où on en est à la quatrième génération de pin maritime amélioré, on se demande s'il faut arrêter de sélectionner les arbres uniquement sur des critères de production basés sur la rapidité de croissance, la longueur des arbres ou la densité du bois. Car cela se fait au détriment de la diversité et de la résistance à la sécheresse.

Avec AFP

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire : interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs. 

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.