Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

idées pratiques

Quatre associations de plantes pour son potager en permaculture

En juin, le soleil est installé pour de bon, ce qui permet d'entreprendre à plus long terme dans son potager.
©Rawpixel.com/Shutterstock

Avec le retour des beaux jours, en cette saison, le jardin n’attend que d’être entretenu. Et si c’était l’occasion de le transformer pour de bon en se mettant à la permaculture ?

Parmi les avantages de la permaculture, cette technique de culture entièrement naturelle basée sur la diversité des espèces de végétaux, figure bien sûr l’absence de produits phytosanitaires pour l’entretien de son jardin. En effet, la méthode inspirée des écosystèmes naturels repose sur les interactions entre les différents végétaux plantés dans un même espace, et c’est leur complémentarité qui permet une auto-régulation de l’environnement ainsi créé. Certaines espèces apportent ainsi leur « protection » à d’autres et se substituent aux pesticides et autres intrants. Zoom sur certains de ces végétaux aux propriétés bien utiles à notre potager.

Le basilic et la tomate

Hôte fréquent des pots et des jardinières, le basilic est une plante aromatique au parfum très puissant. C’est la raison pour laquelle nous l’apprécions en cuisine, mais aussi ce pourquoi il agit comme un répulsif pour certains insectes, à l’image des moustiques et des mouches. Ce sont surtout ces dernières, en particulier la mouche blanche, qui peuvent causer des dégâts sur les plants de tomates. Avec des propriétés assez semblables au basilic, le thym contribue également à éloigner les mouches blanches.

L’ail et la carotte

Autre plante très odorante, l’ail éloigne aussi bon nombre d’insectes. S’il ne fait pas bon ménage avec les choux ou les haricots par exemple, il permet de protéger efficacement les carottes, les betteraves, mais aussi beaucoup d’arbres fruitiers ainsi que les tomates déjà évoquées. L’ail est d’ailleurs une des plantes les plus facilement cultivables, qui ne nécessite pas un sol très riche et que l’on planter à plusieurs moments de l’année, en début d’automne ou de printemps notamment.  

Les œillets d’Inde et la pommes de terre

Les œillets d’Inde sont des fleurs connues pour repousser efficacement les insectes nuisibles. Leur association avec la pomme de terre est recommandée, tout comme avec la tomate ou les choux ; il est aussi possible de les placer en bordure de jardin pour créer une barrière protectrice autour de l’ensemble des cultures. Contre les pucerons, on pourra aussi utiliser la capucine, une fleur que les petits parasites apprécient particulièrement. Ils se concentreront alors sur ces plants, qu’il suffira d’arracher. Comme les œillets, on pourra les placer en périphérie du jardin.

La bourrache et la courgette

Autre plante connue pour ses fleurs mais aussi rangée dans la catégorie des "mauvaises herbes", la bourrache repousse de nombreux insectes, les limaces ou encore les vers, et cohabite harmonieusement avec les courgettes comme avec les pommes de terre et les choux. Répulsif tout aussi efficace contre les limaces, le cerfeuil est une alternative possible, qui s'accommode également de la grande majorité des espèces du potager.

VIDÉO SUR LE MÊME SUJET

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire :  tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs