Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Poubelles connectées : le Mont-Saint-Michel vise le zéro déchet

La baie du Mont-Saint-Michel s'organise pour traiter ses déchets.
©Bas van Breukelen / Unsplash

Depuis 2021, le Mont Saint-Michel fait la guerre aux déchets générés par le tourisme de masse. La ville vient de prendre la décision radicale de supprimer ses poubelles pour ne garder qu'un îlot de tri installé près de l'entrée. 

Avec ses 2,4 millions de visiteurs annuels, le Mont-Saint-Michel est un des sites touristiques les plus visités de France. Une fréquentation exceptionnelle qui induit une production de déchets importante. Les communes de la baie du Mont-Saint-Michel entament leur transition écologique et se donnent pour objectif le zéro déchet.

Faire du site un lieu écologique

1 tonne de déchets : c’est ce que la commune du Mont-Saint-Michel devait collecter chaque jour auparavant. Le tourisme de masse a fait déborder les poubelles de la baie. Pour résoudre ce problème, le site incite de plus en plus ses visiteurs à repartir avec leurs déchets ou à les jeter à l’extérieur du site. Une communication qui s’accompagne de mesures expérimentales.

Une trentaine de poubelles ont été supprimées pour laisser place à des îlots de tri connectés. Situé à l’entrée du site, ce système qui fonctionne à l'énergie solaire aura coûté à la municipalité près de 10 000 euros. Ils permettent entre autres d’alerter les équipes de nettoyage lorsque les conteneurs sont pleins. Cette solution devrait permettre au Mont de mieux contrôler ses déchets.

Le site, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, incite également ses visiteurs à surveiller leur comportement. La ville fait la promotion des gestes anti-déchets à adopter comme l’utilisation de cendriers de poche ou de gourdes réutilisables.

 

Une augmentation des emballages à usage unique

Le Mont-Saint-Michel explique ce virage écologique par le boom de la vente à emporter depuis le covid. "La crise sanitaire liée au Covid-19 a certes, freiné cette production de déchets, mais elle a également contribué au développement et à un certain engouement pour la vente à emporter, très génératrice de nouveaux types de déchets", explique la ville sur son site.

La démarche cherche également à répondre à la loi de Transition Energétique qui vise la réduction de 50% des déchets enfouis d’ici 2025.

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi
 
Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.
 

 
 
#TousActeurs