Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Question de la semaine

Pesticides : la consultation sur les zones d’épandage peut-elle faire bouger les lignes ?

©Fotokostic/Shutterstock

En ce début de semaine, nous avons sollicité votre avis sur l’importance de la consultation publique lancée par le gouvernement français concernant les zones de traitement par des produits phytosanitaires.

"Comme pour le grand débat… Beaucoup de bruit et d’argent dépensé pour rien au final" indique l’un de nos lecteurs. Cette semaine, la rédaction vous a posé la question suivante, "Pesticides : participerez-vous à la consultation sur les zones d’épandage ?". À cette heure, sur les 207 votants, la majorité d’entre vous (57 %) a répondu, "Oui, c’est à mon sens très important pour faire bouger les lignes". 

Pesticides : participerez-vous à la consultation sur les zones d'épandage ?

Choix

Consultation citoyenne : une participation importante

Prévue pour début octobre, la consultation citoyenne sur les zones de traitements aux produits phytosanitaires a finalement été initiée plus tôt que prévue. Après la polémique qu'a provoqué l’annonce du 7 septembre sur la distance minimale à respecter entre les habitations et les cultures traitées aux pesticides (de 5 à 10 mètres), le gouvernement a décidé de lancer la consultation dès ce 9 septembre. 48 heures après sa mise en ligne, 10 000 contributions ont été recensées. Victime de son succès, la page web de la consultation connaît actuellement quelques problèmes "liés à une trop grosse participation", selon Nadine Lauverjat, coordinatrice de l’association Générations Futures auprès du Parisien.

Vos avis

Certains d'entre vous ont notamment relevé ces couacs : "Je viens de rajouter un avis sur le site de la Transition écologique et au moment de l’envoyer… Un message m’indique qu’un problème technique est intervenu et que mon message n’a pas été pris en compte, indique l’un de nos lecteurs, je sens qu’il va falloir s’armer de patience…". Quant aux autres, certains espèrent "que cela aboutira à quelque chose de conséquent". "Oui, puisqu’on nous donne la parole, il faut donner son avis".

27 % des sondés ont répondu "Non, il faudrait tout simplement interdire les pesticides !", tandis que 15 % pensent que "cela ne changera pas la donne".

Des communes déjà mobilisées

Dans différentes villes françaises, les interdictions de produits phytosanitaires émergent de plus en plus. Des élus et militants associatifs ont appelé les maires de France à multiplier les arrêtés anti-pesticides dès le lendemain du lancement de la consultation.

ID a notamment mis en ligne une carte de France pour recenser les communes mobilisées contre les pesticides.

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.