Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Macron à propos de Hulot: "La décision d'un homme n'arrête pas une politique"

Emmanuel Macron avec Nicolas Hulot en juin 2018.
© Fred TANNEAU / AFP

Emmanuel Macron a dit mardi respecter "le choix d'homme libre" de Nicolas Hulot, démissionnaire surprise de son poste de ministre de la Transition écologique fin août, tout en soulignant que "la décision d'un homme n'arrête pas une politique".

Dans un entretien enregistré lundi soir et diffusé sur Europe 1, le chef de l'Etat a dit avoir ressenti "de la tristesse à titre personnel" au moment de ce départ du gouvernement, ainsi que "du respect", car "être ministre" est "un choix qui engage sa personne propre et sa famille" et il n'est "pas sûr que (Nicolas Hulot) était très heureux comme ministre".

Le chef de l'Etat a dit entretenir "toujours des échanges réguliers" avec l'ex-ministre

"Son choix était son choix d'homme libre (...) Il a porté une politique inédite en termes d'ambition, dont on voit les conséquences même quand elles sont difficiles", a-t-il dit à propos de la hausse des prix des carburants.

Mais "la décision d'un homme n'arrête pas une politique, les choix d'une nation, ceux en matière énergétique et environnementaux, car il en va de la vie de nos concitoyens, de leur santé, il en va des engagements que j'ai pris devant eux et il en va aussi de l'avenir industriel du pays", a-t-il énuméré.

Interrogé pour savoir s'il a été vexé de ne pas avoir été prévenu en amont de ce départ, il a estimé que "le mieux c'est de ne pas avoir" de démission de membres du gouvernement. "Le mieux c'est de ne jamais commenter ses états d'âme à soi", a-t-il ajouté, "c'est pour ça que je le fais jamais", car "je considère que la fonction que j'occupe implique cette réserve".

"Je ne dis pas ce que je ressens à ce moment-là moi, je dis ce que je ressens à (l')égard" de Nicolas Hulot: "c'est ma conception des responsabilités; ça n'est pas l'anecdote, c'est le sens profond".

Avec AFP