Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

La Somme fait sa transition : hébergeurs, guides, restaurateurs s’engagent

Les restaurateurs de la Baie de Somme s'engagent notamment à favoriser les circuits courts.
©NicolasBryant

Elle est idéalement située au carrefour des grandes métropoles du Nord de l’Europe, elle offre des paysages sauvages et naturels à couper le souffle, et ses hébergeurs, restaurateurs, producteurs et guides sont très engagés pour l’environnement. La Baie de Somme semble être un endroit tout indiqué pour s’organiser un court séjour en famille ou entre amis dès cet automne.

La partie nord de la France est bien loin d’être à bannir quand on veut s’organiser un séjour pour se changer les idées : la Baie de Somme, par exemple, peut se targuer d’avoir de multiples atouts que d’autres régions ne peuvent pas toujours égaler. Pour commencer, son développement touristique s’est fait assez tardivement, dans les années 70, et c’est d’ailleurs sa force, selon Aurélie Wallet, Responsable Pôle Communication pour Somme Tourisme. « Elle a échappé ainsi à la vague de bétonisation des littoraux, précise cette dernière. La côte picarde est assez peu urbanisée, encore sauvage et son aménagement s’est fait dans le respect de la nature et les prémices des valeurs du développement durable. La faune et la flore ne s’y trompent pas. L’écosystème est riche et précieux. De nombreuses espèces y trouvent refuge comme les phoques et les oiseaux migrateurs. »

Difficile en effet de ne pas constater une fois sur place une diversité de paysages assez prodigieuse, sur une frange littorale pourtant assez étroite, de 70 kilomètres. Au programme : « falaises de craie, longues plages de sable fin ou de galets, l’un des plus beaux massifs dunaires du Nord de l’Europe, l’estuaire de la baie classé au club des plus belles du monde et ‘Grand Site de France’ ». Aurélie Wallet ajoute que la Vallée de Somme, quant à elle, est une véritable « pépite sauvage et méconnue ». « Loin des foules, on profite d’un bain de nature, et des panoramas exceptionnels sur des sites naturels sont à découvrir. Du haut des belvédères, on découvre le dédale des marais, les méandres du fleuve et sa chevelure d’affluents. »

La plage de Fort-Mahon et ses chars à voile.
©NicolasBryant

Impossible par ailleurs, quand on habite en Île-de-France, de reprocher à la Somme sa situation géographique : 2h de trajet suffisent à un Francilien pour s’y retrouver. Plus globalement, la Somme est très proche des grandes villes du Nord de l’Europe.

Aujourd’hui, la baie de Somme propose 49 km de pistes cyclables, très sécurisantes pour les familles."

Le vélo est une véritable institution en baie de Somme.
©NicolasBryant

Transports doux et biodiversité

Pour se déplacer en Baie de Somme, on peut laisser la voiture garée et opter pour le canoë, le cheval, le char à voile et surtout… le vélo, « filière touristique prioritaire à l’échelle de la Somme ». « Aujourd’hui, la baie de Somme propose 49 km de pistes cyclables, très sécurisantes pour les familles, elle s’inscrit sur le tracé de la Vélomaritime (EV4) qui relie Roscoff à Dunkerque et elle est connectée à la Véloroute Vallée de Somme (V30) qui relie l’Est à l’Ouest, depuis Ham jusqu’à Saint-Valery-sur-Somme, sur 160 km, en longeant le fleuve éponyme », détaille Aurélie Wallet.

Au-delà des paysages naturels et sauvages à découvrir, on peut observer en Baie de Somme les fameux chevaux Henson, rustiques et à la robe dorée, situés sur le site du Marquenterre, et se rendre notamment au parc ornithologique du Marquenterre ou à la Réserve Baie de Somme – Grand-Laviers pour y admirer le paradis des oiseaux (195 espèces), non loin d’Abbeville. Pour les amateurs de randonnée, direction le GR 800 : « 227 kilomètres à parcourir pour découvrir de magnifiques paysages, comprendre l'histoire de la Somme, visiter son patrimoine ».

À Amiens, 4e ville la plus verte de France, 300 hectares de jardins flottants, appelés « Hortillonnages », sont à découvrir en barque. « Amiens est aussi la ville de Jules Verne, il y a longtemps vécu, s’est beaucoup investi dans la vie de la cité et il y est enterré, note Aurélie Wallet. Sa maison se visite. Ne manquez pas aussi le Musée de Picardie, sublime écrin qui a rouvert ses portes récemment après une restauration complète ! ».

Un aperçu des Hortillonages à Amiens.
©AlexisPoraszka

Une région marquée par l’Histoire

Outre ces découvertes – et la liste est loin d’être exhaustive –, il y a largement de quoi se cultiver à l’occasion d’un séjour dans la Somme, très marquée par l’Histoire.

Chemin de fer en baie de Somme, une région marquée par l'Histoire.
©NicolasBryant

« En 1916, s’est déroulée, à l’Est du département, la terrible bataille de la Somme, rappelle Aurélie Wallet. Elle a été le point de rencontre d’une vingtaine de nationalités, faisant de la Somme le théâtre d’un conflit mondial. Élément fondateur de l’histoire de ces jeunes nations, les gouvernements ont élevé sur les terres symboliques de la Somme des mémoriaux nationaux : Australie, Afrique du Sud, Terre-neuve, Nouvelle-Zélande, etc… Musées et centres d’interprétation vous aident à comprendre cette page d’histoire. »

La cathédrale d'Amiens.
©FredericLeonardi

Sur le plan du patrimoine également, il ne faut pas manquer la cathédrale Notre-Dame, à Amiens, inscrite au patrimoine mondial. « Ce chef d’œuvre du gothique célèbre son octocentenaire, plus exactement les 800 ans de la pose de la première pierre, pointe Aurélie Wallet. Un chantier très court, d’à peine 70 ans, qui fait de ce joyau du patrimoine gothique, l’un des plus aboutis et des plus harmonieux ».

 

 

Des acteurs locaux engagés

Pour couronner le tout, la Somme compte en son sein de nombreux hébergeurs, restaurateurs, producteurs et guides bien décidés à préserver le capital naturel de la baie. Ces derniers ont mis sur pied l’Association Baie de Somme Zéro Carbone. « Ils ont mené pour commencer un bilan carbone qui a démontré le poids du transport dans les émanations carbone, explique Aurélie Wallet. L’un des défis de l’association est donc de favoriser l’écomobilité : valoriser la pratique du vélo et le réseau des pistes cyclables, encourager le covoiturage, favoriser la venue en train. L’association a aussi beaucoup œuvré pour développer les circuits courts et le travail en réseau avec les pêcheurs à pied, en mer, les maraîchers, etc…. Un savoir-faire valorisé lors d’événements comme la Fête de la gastronomie ou la Fête des végétaux marins. »

Un buffet 100 % local !
©DR

Plus qu’à préparer son prochain week-end ou court séjour : mais d’ailleurs, où trouver un logement écoresponsable et des restaurants engagés ? Selon Aurélie Wallet, il suffit de se référer aux grands labels nationaux et internationaux comme L’Hôtel Les Tourelles au Crotoy qui a l’Écolabel européen, Le Domaine du Val à Grand-Laviers labellisé Lucie ou encore Les Mazures, chambres d’hôtes à Beaumetz, écologis labellisé Clef Verte et refuge LPO ». Pour être rassuré sur la provenance locale des produits et le respect des saisons, les restaurants engagés dans l’association Baie de Somme Zéro Carbone semblent être une valeur sûre, à retrouver par ici.

 

En partenariat avec Somme Tourisme.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs