ID d'ailleurs

Japon : cette méthode de reforestation a permis de planter 40 millions d'arbres dans le monde

Forêt tropicale de l'île Iriomote, Okinawa, Japon
©Sam Spicer / shutterstock

La méthode développée par Akira Miyawaki, un botaniste japonais réputé, permet de planter des forêts primaires. Basée sur l'étude de la biodiversité d'une région, cette approche porte ses fruits avec 40 millions d'arbres replantés à ce jour. 

Akira Miyawaki est un botaniste japonais de 90 ans, expert en biologie végétale et  professeur à l'université nationale de Yokohama. Il a mis en pratique la méthode de reforestation "senzai shizen shokysei", qui signifie "végétation potentielle naturelle". Ce dispositif se décline en plusieurs étapes. Une sélection est faite au sein d'une variété de plantes indigènes d'une région. Les graines sont ensuite germées et plantées dans des pépinières, dans une disposition aléatoire de sorte à recréer la biodiversité naturelle. Lorsque les plantes atteignent deux mètres (au bout de trois ans), elles sont plantées. Les sols sont également fertilisés en amont avec des matières naturelles (écorce, plantes en décomposition). 

La méthode de Miyawaki, bien que coûteuse et longue, s'avèrerait plus efficace que les méthodes de reboisement classiques. Elle permet un meilleur enracinement et donc une résistance aux conditions météorologiques extrêmes. Les nouvelles "forêts vierges" se développent plus vite grâce à l'interaction entre les plantes, et sont 30 fois plus denses, ce qui permet d'absorber plus de CO2Enfin, elles ne nécessitent plus aucune intervention humaine une fois plantées. 

A l'heure où l'on estime que 6 millions d'hectares de forêts primaires disparaissent chaque année, ce système élaboré a déjà été appliqué sur 1300 sites au Japon ainsi que dans plus de 15 pays comme la Thaïlande ou en Chine. En Belgique, Urban Forest imite le botaniste pour végétaliser des zones industrielles et en France, les mauvaises herbes du périphérique de Paris sont substituées par des jeunes chênes et bouleaux grâce à l’association Boomforest.