Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

"Inaction climatique" : un recours formé par le maire de Grande-Synthe contre l'Etat

©Julien Pitinome/NurPhoto

"Inaction en matière de lutte contre le changement climatique". Voilà ce que Damien Carême, le maire de Grande-Synthe, reproche à l’Etat à l’encontre duquel il a formé un recours, lundi 19 novembre.

Le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, a engagé lundi un recours gracieux auprès de l'État pour "inaction en matière de lutte contre le changement climatique", a confirmé l'AFP.

Ce recours gracieux a été déposé auprès du ministre de la Transition écologique, du Premier ministre et du Président de la République "pour que la France mette enfin en place les politiques nécessaires pour respecter les engagements que nous avons pris, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", a affirmé à l'AFP l'avocate du maire, Corinne Lepage, confirmant une information du Parisien.

À partir de la réception du recours gracieux, le gouvernement dispose d'un délai de deux mois pour accéder à la demande du plaignant. "Si dans les deux mois, on n'a pas de réponse ou si l'État nous répond 'non', on ira devant le juge", a affirmé l'ancienne ministre de l'Environnement.

Grande-Synthe inquiétée par la montée des eaux

"La commune de Grande-Synthe, particulièrement exposée au changement climatique, a un intérêt à ce que les mesures nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre soient effectives et importantes", a expliqué Mme Lepage.

En effet, la ville "peut être très impactée par le changement climatique, car Grande-Synthe est sur un territoire de polder inquiété par la submersion marine en cas d'augmentation du niveau de la mer", a indiqué à l'AFP Damien Carême.

"Le gouvernement ne fait pas suffisamment en matière de lutte contre le changement climatique et donc met à mal l'avenir de ma commune", a-t-il poursuivi.

Des recours à travers le monde

Face aux dérèglements climatiques, les recours en justice se multiplient dans le monde.

Aux Pays-Bas en 2015, un tribunal, saisi par l'ONG Urgenda et 900 citoyens, a ordonné à l'État de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le pays de 25% d'ici à 2020. Un jugement confirmé en appel en octobre.

Aux États-Unis en 2015, une vingtaine d'enfants et adolescents ont déposé avec l'association Our Children's Trust un recours devant un tribunal de l'Oregon, réclamant au gouvernement de baisser de manière significative les émissions de CO2.

Avec AFP.