Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Gironde : les pesticides, "candidats" invisibles des élections municipales

©elitravo/Shutterstock

Des vignes à quelques mètres d'une nouvelle école ou de maisons en construction... les pesticides, de plus en plus décriés dans le Bordelais, restent paradoxalement les parents pauvres de la campagne des élections municipales en Gironde, un des départements qui en utilise le plus en France.

"Cest un sujet très sensible. Les candidats ne veulent pas prendre de risque en ce moment. Ca ne bouge pas. Ils ne veulent pas se mettre à dos les électeurs", dont beaucoup travaillent dans les vignes, explique Ludovic Coutant du collectif des parents qui s'était opposé à la construction d'un collège jouxtant un vignoble à Parempuyre.

Dans cette commune péri-urbaine du nord de Bordeaux, le sujet ne domine pas la campagne électorale malgré deux dossiers médiatisés l'année dernière: le projet de collège et la publication d'arrêtés municipaux pour augmenter les distances d'épandage des produits phytosanitaires des bâtiments. "Les Parempuyriens n'en parlent pas beaucoup. Les sujets de préoccupation sont surtout l'insécurité et l'urbanisme", note Henri Lagarrigue, tête de liste de l'opposition.

Pour la maire socialiste Béatrice de François, la question des pesticides s'inscrit dans un contexte plus large. "J'ai tout un axe vert", explique-t-elle, assurant que ses arrêtés n'ont "rien à voir avec la campagne !" L'opposition dénonce pourtant dans ses arrêtés anti-pesticides des "coups médiatiques" et lui reprochent d'avoir créé l'année dernière "un malaise dans la commune entre vignerons et riverains. Des salariés se faisaient agresser", dit M. Lagarrigue (LR).

Ce conseiller municipal prône dans son programme "un rapprochement des deux vignobles à Parempuyre avec la commune pour expliquer comment ils travaillent et les accompagner pour sortir des pesticides". Il dénonce le décalage entre le discours et la réalité du terrain avec par exemple une nouvelle piste d'athlétisme pour les enfants construite tout près des vignes. "Un plateau sportif", rectifie la maire qui n'avait "pas de terrain ailleurs".

Guide du maire zéro pesticide

Même débat à Lalande-de-Fronsac, commune viticole de 2.500 habitants, où l'extension d'une école à côté des vignes cristallise les tensions entre le maire et le viticulteur, candidat sur une liste d'opposition. Malgré leurs différends, tous deux reconnaissent que "les gens n'ont pas l'air d'être intéressés plus que ça" par le sujet.

"Je respecte le règlement actuel mais si les distances s'allongent, je veux être indemnisé", prévient Stéphane Etourneaud qui traite ses vignes lorsque les enfants ne sont pas à l'école avec un pulvérisateur limitant les émissions dans l'air. Ce vigneron souhaite, s'il est élu conseiller municipal, faire en sorte qu'"il n'y ait pas de constructions n'importe comment".

Au niveau national, huit ONG viennent de porter plainte auprès du Conseil d'Etat concernant la distance entre les constructions et les cultures, jugée trop faible. Générations futures a publié un "Guide du maire zéro pesticide, zéro perturbateurs endocriniens" afin de les "interpeller", et deux associations girondines ont écrit une lettre aux candidats, leur proposant leur aide et louant les arrêtés anti-pesticides. "Le fait que ces arrêtés se soient multipliés est évidemment lié aux municipales", estime Stephen Kerchove d'Agir pour l'environnement.

Mais pour les maires ayant pris ces arrêtés anti-pesticides, "ce n'est pas le sujet de campagne. C'est un sujet de santé publique au coeur de la politique d'un certain nombre de maires", nuance Florence Presson, vice-présidente du collectif regroupant quelque 120 maires ayant pris cette décision. Dans les plus grandes villes, au-delà des pesticides, la protection de l'environnement est au coeur des municipales pour de nombreux candidats comme à Bordeaux où le maire Nicolas Florian (LR) mène une campagne plus verte et son principal opposant, l'écologiste Pierre Hurmic, a le vent en poupe.

Pour la candidate EELV Laure Curvale à Pessac, ville limitrophe où se trouvent plusieurs châteaux viticoles renommés, "l'environnement et l'écologie donnent le tempo de la campagne".

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique "Bébé (aussi) sera écolo!"

Au sommaire : qualité de l'air, hygiène, équipements, habillement, alimentation...Tout pour un quotidien écolo avec bébé !

Pour en savoir plus c'est par ici.

Merci ! #TousActeurs.