ID D'AILLEURS

Brésil : des filets de pêche recyclés en filets de volley pour lutter contre la "pêche fantôme"

Des enfants jouent au volley avec des filets de pêche recyclés.
©FIVB

Le projet "Good Net" a été lancé par la Fédération mondiale de volley-ball - la FIVB - en partenariat avec la Fondation contre la "pêche fantôme". L'initiative consiste à transformer les filets de pêche usés en filets de volley-ball, avant que ceux-ci ne se retrouvent dans les océans et capturent des espèces marines. 

Le projet "Good Net" a été inauguré le 16 mars sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro - cette même plage avait accueilli la compétition de beach-volley des Jeux Olympiques de 2016 au Brésil. L'idée est de collecter les filets de pêche usés et de les recycler en filets de volley-ball pour les communautés locales avant qu’ils ne finissent dans les océans.

Sur le site officiel, le projet est présenté comme une solution au problème de la "pêche fantôme" : le matériel de pêche perdu en mer continuent leurs captures durant très longtemps. Ces filets peuvent résister durant plusieurs siècles, dérivant au gré des courants, emprisonnant et tuant un grand nombre d'espèces marines.

Le but est d'ouvrir un dialogue sur le problème méconnu de la pêche fantôme, tout en contribuant à y apporter une solution. (communiqué de presse)

Les dangers de la pêche fantôme et l'action de "Ghost Fishing" sont expliqués dans la vidéo ci-dessous :

La FIVB rapporte dans son communiqué de presse qu'environ 640 000 tonnes de matériel de pêche finissent dans les océans chaque année. Les filets de pêche seraient le type de déchet plastique le plus mortel : 46 % du vortex de déchets du pacifique nord (la plus grosse accumulation de déchets plastiques du monde dans l'océan, située entre Hawaï et la Californie) est constitué de filets de pêche. La FIVB précise également que près de 70 baleines sont coincées chaque année dans des filets de pêche le long de la côte Ouest des Etats-Unis.

Le projet "Good Net" est également voué à "illustrer la puissance de l'économie circulaire", indispensable à la "construction d'un futur durable". Les filets de pêche sont upcyclés* en filets de volley grâce à des techniques traditionnelles, expliquées ci-dessous :

Le projet "Good Net" s’inscrit désormais dans le programme de préservation des océans et de lutte contre la pollution plastique des Nations Unies, Clean Seas, et sera étendu au monde entier.

Les filets de pêche nuisent à l'écosystème marin dans des endroits où peu de personnes peuvent en constater les dégâts. Mais les filets de volley, que ce soit sur une petite plage locale ou bien dans un tournoi retransmis à la télévision, ont un degré de visibilité bien plus important. (propos de Pascal van Erp, PDG de "Ghost Fishing", tirés du communiqué de presse).

La Fédération mondiale de volley-ball a partagé des photos de l'événement sur son compte Twitter : ci-dessous, on peut voir de jeunes enfants jouer aux côtés de joueurs professionnels avec des filets "Good Net".

*l'upcycling consiste à transformer des matériaux en produits de qualité ou d'utilité supérieure.