Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID d'ailleurs

Archipel de Palau : des crèmes solaires interdites depuis le 1er janvier pour préserver les coraux

L'archipel de Palau est composé de plusieurs centaines d'îles : seules quelques-unes sont habitées, préservant les autres de l'activité humaine.
©TheEverywhereMan/Shutterstock

Depuis le 1er janvier, l’archipel de Palau dans le Pacifique a interdit les crèmes solaires qui présentent une toxicité pour les coraux. C’est le premier État à mettre en place ce type de mesures. Son président, Tommy Remengesau, souhaite préserver la richesse de la vie marine de l’archipel dont la beauté attire touristes et plongeurs. 

Plages de sables fins, lagons bleus et vie marine exceptionnelle, l’Archipel de Palau, situé entre le Japon et l’Australie, est une destination paradisiaque attirant les touristes qui profitent de ses plages à longueur d’année grâce de son climat équatorial. C’est aussi un spot incontournable pour les passionnés de plongée. L’océan subit les conséquences de cette affluence, déjà affaibli par les dérèglements climatiques et la pêche industrielle. Le président de la République Fédérale déclare, dans un entretien à l'AFP, qu’il est nécessaire de le laisser "panser ses plaies".

C’est pourquoi Palau a agrandi la zone de protection de son sanctuaire marin, y empêchant toute activité maritime. De plus, depuis le 1er janvier 2020, certaines crèmes solaires dont les composants sont recensés dans la liste des 10 produits toxiques pour les coraux, sont interdites à la vente et à l’importation sur le territoire. Si vous ne vous pliez pas à la règle, vous vous exposez à la confiscation de votre tube de crème ainsi qu'à une amende de 1 000 $. Cette mesure est peut-être une goutte d’eau dans l’océan mais le Président Remengesau considère qu'il faut "respecter l'environnement parce qu'il est le berceau de la vie, et sans lui, personne à Palau ne pourra survivre". Il a bon espoir que cet engagement fasse écho auprès des États voisins et provoque une prise de conscience générale.

Même à très faible dose, les effets de l'oxybenzone, de l'octocrylene et des parabènes, contenus dans la plupart des marques de crèmes, sont dévastateurs. Particulièrement efficace pour absorber les rayons ultra-violets, l’oxybenzone entre dans la composition de plus de 3 500 produits solaires dans le monde. Selon une étude publiée en 2015 par la revue Archives of Environmental Contamination and Toxicology, lorsqu’il se retrouve en contact avec la population de coraux, il provoque leur blanchiment et à des effets jusque sur leur ADN, agissant comme un perturbateur endocrinien qui cause la mort des sujets exposés. 

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique "Bébé (aussi) sera écolo!"

Au sommaire : qualité de l'air, hygiène, équipements, habillement, alimentation...Tout pour un quotidien écolo avec bébé !

Pour en savoir plus c'est par ici.

Merci ! #TousActeurs.