Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

À Antony, l’arrêté anti-pesticides est maintenu par la justice

©Fotokostic/Shutterstock

Après Gennevilliers et Sceaux, à Antony, l'arrêté anti-pesticides pris par le maire est également maintenu suivant la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise prise le 25 novembre dernier.

C'est une troisième victoire pour les arrêtés municipaux anti-pesticides. Après les communes de Sceaux et Gennevilliers le 8 novembre dernier, c'est désormais à Antony que le maire, Jean-Yves Sénant, a obtenu les faveurs de la justice. 

Lundi 25 novembre, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté la demande de suspension du préfet de la région pour l'arrêté anti-pesticides de cette commune des Hauts-de-Seine. Cette décision autorise donc la ville à interdire les produits phytopharmaceutiques sur son territoire, ceux-ci constituant "un danger grave pour les populations exposées". 

Si ce type de prérogative relève d'ordinaire de la compétence du ministre de l'Agriculture, dans son verdict, le tribunal a toutefois considéré les "spécificités" de la ville d'Antony : traversée "par 8,5 km de voies ferrées, dont l’entretien implique l’utilisation d’herbicides contenant du glyphosate, et qui bordent en particulier un hôpital privé, comportant un service de néonatologie, ainsi qu’un hôpital psychiatrique".

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.