Environnement

Agriculture bio : la DGCCRF relève un taux d'anomalies de 28 % sur plus de 1600 opérateurs contrôlés

©Trong Nguyen/Shutterstock

La Direction générale de la consommation (DGCCRF) a publié les résultats de son plan annuel de contrôle pour l'agriculture biologique. Au total, 60 procès-verbaux et 449 avertissements ont été adressés et 169 mesures de police administrative ont été mises en œuvre. Une grande partie des manquements relevés sont dus au non-respect de la réglementation relative à l'agriculture biologique.    

Au total, 63 % des manquements détectés par la répression des fraudes en 2017 sont imputables au non-respect de la réglementation bio (certification et règles de production), tandis que les autres cas sont dus au non-respect de la réglementation générale, sur le plan de l'hygiène, de la facturation, et de l'information sur les prix notamment. Dans un communiqué publié le 21 février, la DGCCRF précise qu'ont été relevés "des problèmes d'étiquetage, de pratiques commerciales trompeuses et, dans une moindre mesure, de traçabilité des produits et de tromperies à l’égard des consommateurs".

Une grande partie des avertissements a toutefois concerné des "anomalies mineures" qui ne remettent pas en cause le caractère biologique des produits, ajoute la répression des fraudes. Les procès-verbaux ont pour leur part été adressés en partie à des établissements proposant à la vente "des produits biologiques, ou présentés comme tels", alors qu'ils n'étaient pas issus de cette filière. D'autres, ayant fait l'objet "d'une suspension ou d’un retrait de certification", continuaient à apposer la mention bio sur leurs produits.

Selon le baromètre annuel de consommation de l'Agence Bio dévoilé il y a quelques jours, 71 % des Français consomment des produits bio au moins une fois par mois et 12 % tous les jours. Ils souhaitent toutefois davantage de transparence sur la réglementation et le contrôle des produits. 51 % des sondés déclarent ne pas avoir assez d'informations sur l'origine des produits bio, 63 % sur la réglementation en agriculture bio, et également 63 % sur le contrôle des produits biologiques.