Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

chronique

Grève dans les transports, pas pour le vélo !

©l i g h t p o e t/Shutterstock

Ce jeudi, la journée sera noire dans les transports en commun, cela peut aussi être l’occasion d’en profiter pour s’organiser autrement, avec à la clé quelques bénéfices pour la santé, l'environnement et le portefeuille…Le vélo est une option à étudier lorsque cela est possible.

Quand on parle mobilité, on parle souvent habitudes. Le changement ne peut venir que si l'on s’interroge. Pour mon dernier livre ("Changer d'ère, l'air de rien", éditions Rue de l'échiquier)  j’avais demandé à Ludovic Bu, expert en mobilité, comment faire pour sortir du tout-voiture. Il m’avait évoqué une méthode douce en quatre étapes :

  • Faire le point sur ses trajets récurrents
  • Regarder les alternatives à la façon dont on gère ses trajets réguliers
  • Tester
  • Choisir

Une journée avec peu de choix en perspective

C’est pas faux ! Mais il reste la possibilité de tester autre chose… Pourquoi ne pas sortir le vieux vélo qu’on a dans le garage ou la cave si la distance que vous avez à faire le permet ? Parce qu’il a un pneu à plat et que vous n’êtes pas sûr de l’efficacité des freins ? C’est peut-être là que vous pouvez faire appel à un réparateur de vélo mobile, qui va venir chez vous réparer votre deux roues à vélo ! C’est écologique puisque le bilan carbone sera très faible, mais c’est aussi très pratique puisque vous n’avez pas à gérer le transport de votre vélo pour aller le faire réparer dans un atelier.

Des prix abordables

Pour avoir testé récemment "L’atelier qui roule" … Non vraiment pas ! Pour un pneu à plat, déplacement compris, cela m’a coûté 27 euros pour changer de chambre à air (j’en avais payé 22 il y a un mois pour la même réparation). Dans la pratique c’est très efficace, un petit sms le lundi soir, vous prenez rendez-vous, on se retrouve le lendemain à 13h (hyper ponctuel), et à 13h30 je repartais avec mon vélo en parfait état sans avoir eu à trouver un garage, à pousser mon vélo jusque-là et à revenir le chercher le lendemain. Cela dit, je n’ai évidemment rien contre les garages, c’est juste que dans certains cas cette solution à domicile est bien pratique !

Aucune installation couverte requise pour la réparation

Johan Guillotin, le fondateur, me disait que c’est exactement ce qu’il aime : être dehors (même si c’est parfois humide et froid). Il est donc arrivé avec son vélo Cargo de 150 kilos qui contenait tout le matériel, s’est installé sur une place livraisons libre et a utilisé un appareil pour suspendre mon vélo et le réparer.

Et cela fait son effet auprès des passants qui sont curieux, qui s’arrêtent, posent une question, prennent une photo et c’est sans doute un peu l’objectif : faire de la com’ à chaque intervention…Si "L’atelier qui roule" n’a pas le temps de venir vous dépanner dans l'urgence sachez qu’il existe plusieurs sociétés  de ce type sur Paris et l’Ile de France.

Sujet réalisé en partenariat avec France 3 Paris/Ile-de-France, pour visionner la chronique #TousActeurs de Valère Corréard, c'est ici :

Le vélo ne fera pas grève le 5 décembre !

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique "Bébé (aussi) sera écolo!"

Au sommaire : qualité de l'air, hygiène, équipements, habillement, alimentation...Tout pour un quotidien écolo avec bébé !

Pour en savoir plus c'est par ici.

Merci ! #TousActeurs.