Entreprises

Topo, Pur Bag et Peel to Peel : trois innovations pour se passer du plastique au quotidien

Peel to peel - Emma Sicher

Qu'ils soient en Charente, au Canada ou en Italie, cela ne change rien à ce qu'ils essayent de faire au quotidien : trouver des solutions à la pollution plastique, et proposer des alternatives viables et pratiques pour tous. Trois idées qui prouvent une fois encore à quel point on peut être convaincu et créatif pour construire le monde de demain.

Le Pure Bag, pour remplacer le sac poubelle

En Charente, à Cognac, Frédéric Fontannaud et Catherine Terreau ont les mains dans les déchets depuis plusieurs années. "Nous avons créé notre entreprise de revalorisation des déchets pour les professionnels il y a de cela quelques années. Dans notre travail, nous avons constaté que les biodéchets envoyés en méthanisation sont mis dans des sacs plastiques, ce qui augmente considérablement la part des produits polluants enfouis. Nous avons alors imaginé une solution pour supprimer le déchet qui récolte les autres déchets" expliquent-ils sur la page de financement participatif de leur projet

Leur idée ? Proposer un sac en papier capable de remplacer le sac poubelle plastique et le sac amidon (dit "compostable" qui contient en moyenne 60-70 % de polymère), tous les deux polluants et utilisant des énergies fossiles. Le Pure Bag, c'est son nom, peut donc servir au compost (les biodéchets) tout comme servir de sac poubelle classique :

D'ici 2025, chaque Français sera dans l'obligation de trier ses biodéchets et des taxes s'ajouteront à ceux qui jettent le plus et qui ne trient pas. Nous souhaitons faciliter le compostage et/ou le tri des biodéchets en créant un sac compostable et 100 % organique : ainsi, plus besoin de nettoyer la poubelle à compost à grandes eaux !

Le sac est composé de papier provenant de forêts françaises certifiées durables et d'un mélange d'huiles rendant le papier résistant à l'humidité. 


Topo : des contenants pour le zéro déchet de produits frais

Autre idée, qui nous vient cette fois-ci du Canada : des contenants réutilisables spécifiquement adaptés à l’achat en épicerie. Imaginés pour accélérer le mouvement du "zéro emballage", ces contenants réutilisables sont conçus spécifiquement pour remplacer, entre autres, les emballages en polystyrène et en plastique utilisés aux rayons boucherie et poissonnerie. Les fondateurs, Suzy Truong et Phil Goudreault, détaillent leur démarche dans cet entretien :

Nous avons conçu un contenant en aluminium spécifiquement destiné aux comptoirs de boucherie et de poissonnerie. Sa base nivelée permet de maximiser la conservation des produits en diminuant les risques de prolifération des bactéries. Pratique, ce contenant est également conçu en un seul morceau pour éviter de perdre le couvercle ; ses coins ronds en facilitent le lavage et une zone spécifiquement prévue pour y coller une étiquette permet un décollage facile de celle-ci. Enfin, la mention du poids sérigraphié sur la surface du contenant évite de le faire peser avant d’y mettre des aliments et simplifie ainsi le processus d’achat avec son propre récipient.

Topo

Chose intéressante, la commercialisation passera par la vente en ligne aux consommateurs tout comme par les commerçants eux-même, afin qu’ils les vendent à leur tour à leurs clients. "Nous visons dans un premier temps les petites épiceries, boucheries et poissonneries indépendantes où nous pensons que le public est déjà sensible à la question des emballages. L’objectif est de miser sur ces ambassadeurs potentiels pour créer un mouvement collectif de citoyens afin de supprimer les barrières existantes et normaliser l’usage des contenants réutilisables. De plus, notre modèle d’affaire est en train d’évoluer pour offrir une gamme plus large de contenants destinée notamment à un usage plus général pour les achats en vrac" explique encore Suzy Truong à Novae, bien consciente des nombreux défis à relever avec les réglementations existantes de l'industrie alimentaire, notamment en termes d’hygiène.

A noter : sans doute un autre matériaux que l'aluminium - tel l'inox ? - serait plus approprié ? Pour l'instant la vente n'est pas encore proposée mais cette question pourra leur être posée - à savoir si au moins l'aluminium est recyclé ?

Peel to peel, pour se substituer au plastique jetable

En Italie cette fois-ci, la designer Emma Sicher s'est lancée dans la création d'emballages alimentaires 100% biodégradables. Son idée ? Partir des restes de fruits et de légumes qu'elle fait fermenter pour créer une culture symbiotique de bactéries de levures : le sucre et les vitamines des végétaux permettent alors aux micro-organismes de prospérer pour créer des couches de cellulose, comme l'explique le site Deezen. Et comme le relaie Creapills :

Cette fameuse cellulose est le composant structurel essentiel des parois des cellules végétales qui les aide à conserver un aspect rigide. Ce matériau est construit en trempant des déchets de fruits et de légumes dans l’eau et des composés acétiques. Le mélange qui en résulte va ensuite reposer durant deux à quatre semaines, selon l’épaisseur souhaitée, avant de sécher à température ambiante. On obtient alors un matériau translucide avec des caractéristiques similaires à celles du papier, du plastique ou du cuir.

Pour la créatrice qui a développé ce projet fin 2017 dans le cadre d'un projet de thèse, l'idée est de "développer un emballage qui suit le principe naturel d’agir comme un “peeling” pour son contenu, l’objectif est de se rapprocher de la nature en proposant une alternative plus durable à ce que propose actuellement l’industrie alimentaire." La matière obtenue peut être colorée différemment selon les matériaux de base, comme on peut le voir ici ou .

A noter : en France, David Edwards fait partie des premiers designers au monde à avoir conçu des emballages à partir d'aliments. Son idée est alors de proposer des contenants qui se mangent...

Et vous, avez-vous repéré des idées astucieuses récemment pour promouvoir le mode de vie zéro déchet ?

Pour en avoir plus sur ces trois initiatives :