Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Sobriété énergétique : des "centaines de milliers" de commerces s'engagent, selon le secteur

©Trong Nguyen/Shutterstock

De l'hypermarché au petit détaillant en prêt-à-porter, ce sont des "centaines de milliers d'entreprises" du commerce qui se sont engagées mardi, par la voix de deux grandes associations professionnelles, à réduire leur consommation d'énergie pour éviter les coupures cet hiver, et sur le long terme.

"Nous devons agir tous ensemble de façon responsable et citoyenne", a estimé le président de la fédération Perifem, qui rassemble l'ensemble des acteurs de la distribution pour agir sur les sujets énergétiques ou environnementaux, Thierry Cotillard. Après avoir annoncé mi-juillet des "mesures communes et concrètes", à mettre en oeuvre à compter du 15 octobre pour faire face au "risque de pénuries d'approvisionnement électrique" cet hiver, Perifem a entraîné avec elle de nombreuses fédérations de commerçants, représentant au total des "centaines de milliers" de commerce.

Centres commerciaux, grande distribution, spécialistes du jouet ou de l'habillement, du sport ou du bricolage, e-commerçants... Les entreprises représentées au sein des fédérations du CdCF (Conseil du commerce de France) et de la CDF (Confédération des commerçants de France, représentant les indépendants) se sont engagées à réduire leur consommation énergétique, alors qu'Emmanuel Macron avait expliqué le 14 juillet que l'État préparait un "plan de sobriété" énergétique pour faire face au risque de pénurie liée à la guerre en Ukraine.

Baisse de la lumière et de la température

Concrètement, les commerçants concernés promettent d'éteindre les enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, de baisser systématiquement l'intensité lumineuse avant l'arrivée du public ou la température ambiante des points de vente.

Ils s'engagent aussi à fermer les portes extérieures des magasins en présence de chauffage ou de climatisation. Ne pas le faire sera de toute façon illégal d'ici l'automne, d'après l'intention déclarée du gouvernement. Lors du dernier épisode caniculaire, des commerces avaient laissé ouverte la porte de leurs locaux pour que l'air climatisé attire les badauds, une démarche jugée "absurde" par la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher. Lundi, le président du comité stratégique des magasins E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, avait assuré qu'il serait même possible de "fermer des magasins sur certains créneaux horaires", en cas de risque de coupure. "On n'aura pas d'état d'âme, on se bat pour notre pays", avait-il déclaré, estimant qu'il ne serait "pas honnête de demander au consommateur de faire preuve de sobriété si on n'est pas nous-mêmes exemplaires".

Boulanger, Castorama, Ikea...

Les entreprises représentées par le CdCF et le CDF "s'inscrivent" en outre "dans un processus de plus long terme visant à réduire leur consommation d'énergie de 10 % à horizon de 2 années", ajoutent les deux associations professionnelles mardi. La loi Élan prévoit une réduction de la consommation énergétique des magasins de 40 % à horizon 2030.

"Les commerces sont conscients de l'urgence d'agir collectivement dans une démarche de réduction de leur consommation d'énergie", a réagi Yves Audo, président du CdCF depuis début juin. Son homologue de la CDF Francis Palombi s'est réjoui que "des femmes et des hommes s'impliquent avec ce protocole dans un mouvement vertueux, exemplaire pour le climat". Lundi, c'étaient les grandes enseignes comme Boulanger, Castorama, Fnac Darty, Ikea ou Leroy Merlin, qui annonçaient via une autre fédération, France Commerce, rejoindre le mouvement engagé par Perifem et les grandes enseignes de la distribution alimentaire, E.Leclerc, Carrefour, Système U, Les Mousquetaires Intermarché, Auchan, Casino, Franprix, Monoprix, Lidl ou encore Picard.

Reste à savoir dans quelle mesure les magasins, dans un secteur très fragmenté et diversifié, appliqueront ce plan de "sobriété énergétique", même s'il est dans leur intérêt. "On va s'assurer que les portes des frigos seront bien fermées, on ne fera pas marcher les fours à pain au moment des pics", avait assuré Michel-Edouard Leclerc lundi. "La facture d'électricité, c'est nous qui la payons".

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs