Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

info partenaire

Quels enjeux pour la mobilisation des mécènes en cette période de crise ?

Le 5ème forum du mécénat autrement aura lieu les 24 et 25 novembre
©DR/Admical

En accélérant les fragmentations négatives et les transformations positives déjà latentes avant la pandémie, la crise économique et sociale pousse ceux qui s’engagent à reconsidérer leur place, leur stratégie et leur utilité, à commencer par les mécènes qui apportent leurs capacités d’innovation et de philanthropie pour un « monde d’après » meilleur. Entretien avec Diane Abel, chargée des études pour Admical, sur les enjeux pour la mobilisation des mécènes en cette période de crise.

Malgré leurs propres difficultés, les entreprises françaises se sont montrées à la hauteur des enjeux de la crise sanitaire et sociale induite par la pandémie de covid-19 en soutenant massivement les secteurs de l’intérêt général les plus touchés. Des plus grandes au plus petites, pour pallier l’urgence, 95 % des entreprises se sont engagées et 86 % d'entre elles ont mis en place des actions de mécénat (financier, en nature et en compétences). 

Afin de réaliser un premier bilan des actions menées au cours de ces 4 derniers mois et de se projeter dans les mois à venir dans un contexte économico-social qui risque fortement d’être bouleversé, Admical, qui organise les 24 et 25 novembre 2020 la 5ème édition du Mécènes Forum sur la thématique du mécénat face au défi de la crise, a mené une première étude qualitative et quantitative visant à analyser l'impact de la crise sur l'engagement des mécènes. 

Comment réagissent les mécènes actuellement face à leurs propres difficultés financières ?

Les entreprises se sont largement mobilisées auprès du monde associatif et hospitalier. L’étude réalisée par Admical juste après la première vague montre que 95 % des entreprises interrogées se sont engagées. De la grande entreprise faisant des dons de plusieurs millions d’euros à la PME se mobilisant auprès des acteurs de son territoire, les nombreux exemples témoignent d’un engagement inédit. Pour la majorité des entreprises, les budgets alloués aux actions d’intérêt général sont restés stables (63%) et 31% d’entre elles ont même décidé d’augmenter leur enveloppe. À noter également que dans ce contexte, le mécénat en nature et de compétences a joué un rôle particulièrement important.

Quels sont les secteurs associatifs qu’ils ont le plus soutenu pendant le premier confinement ?

C’est l’aide d’urgence aux populations vulnérables qui arrive en première place des secteurs les plus soutenus, avec 67% des mécènes engagés. Viennent ensuite le soutien scolaire et la lutte contre le décrochage scolaire (47%), suivi de l’aide aux hôpitaux et autres établissements de santé (40%). Ainsi, les entreprises ont agi de façon très complémentaire aux actions de l’Etat. Quant à la recherche médicale, secteur traditionnellement peu soutenu par les mécènes, elle a vu sa côte de popularité remonter en flèche : un tiers des entreprises interrogées ont fait des dons pour ce secteur. 

Comment peut-on imaginer les perspectives d’engagement des entreprises pour 2021 ?

L’ampleur de la crise économique interroge leur capacité à poursuivre leurs actions sociétales. Si les budgets des fondations sont sanctuarisés jusqu’à la fin de leur mandat, les fonds alloués pour les actions « en régie directe » (c’est-à-dire menées directement par l’entreprise sans passer par un véhicule juridique) ne sont pas garantis et pourraient diminuer. On peut craindre que les entreprises qui ont subi la crise de plein fouet (et plus particulièrement les PME) mettront l’essentiel de leurs ressources au service de leur pérennité plutôt que de leurs actions de solidarité. Des secteurs jugés moins prioritaires dans le contexte actuel comme le sport ou la culture, pourraient également souffrir d’une réorientation des budgets des entreprises vers d’autres causes (41% des entreprises déclaraient entrer en réflexion pour faire évoluer leurs axes d’intervention).

Dans cette situation si incertaine, faire des prévisions à moyen et long terme reste difficile. Néanmoins, le prochain baromètre Admical dont les résultats seront révélés le 17 décembre prochain permettra de donner des premières réponses à ces interrogations.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « La transition écologique Made in France ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour consommer 100 % local et responsable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs