Chronique

Des cosmétiques jouent la carte des circuits courts

Les huiles cosmétiques ODEN sont produites à base d'huiles végétales françaises.
©Marco Ossino/Shutterstock

Chaque semaine, ID propose la chronique #TousActeurs sur France 3 Paris IDF. Ce mardi, zoom sur une initiative pour se faire du bien sans faire de mal avec des cosmétiques qui jouent la carte des circuits courts : ODEN.

A l’origine de cette initiative il y a Marion, une parisienne passionnée de botanique qui fabriquait déjà à 20 ans ses propres cosmétiques, au moins elle savait ce qu’il y avait dedans !

Je ne sais pas si vous vous êtes déjà intéressés à la composition des crèmes hydratantes, correctrices, salvatrices et j’en passe…mais si vous n’avez pas un diplôme en chimie…difficile de s’y retrouver… on sait seulement qu’il y a quelques substances qui ne sont pas très fréquentables..

C’est dans ce contexte qu’on a vu pas mal de marques et gammes fleurir ces dernières années avec la promesse de toujours plus de naturel…

Entre la promesse et la réalité, il y a parfois quelques arrangements

Disons que le marketing fait souvent le nécessaire pour nous laisser croire ce qui nous arrange…Cela dit ça bouge et c’est tant mieux, l’exemple d’ODEN, cette marque de cosmétiques bio en est un parfait exemple.

Dans ces flacons, il n’y a pas d’eau, pas de conservateurs, pas de produits chimiques…la composition est ultra simple : 99,8% d’huile de fruit et 0,2% de vitamine E naturelle pour améliorer la conservation du produit. L’idée est de revenir à l’essentiel, avec des huiles pures de première pression à froid, résultat : la peau bénéficie de tous les principes actifs contenus naturellement dans l’huile de prune, mirabelle, amande ou encore de noisette..

La société ODEN se fournit en direct producteur auprès d’agriculteurs français

C’est un engagement de la marque parisienne en effet, faire des cosmétiques à partir d’huiles de bourrache du Berry, de mirabelles de Lorraine, de noisettes de Gascogne ou encore de prunes d’Aquitaine. Marion, la fondatrice d’Oden, m’a confié qu’ils ne se fournissent qu’auprès de petits agriculteurs qui produisent en raisonné.

Et, au passage, cela leur offre des débouchés….J’ai parlé à une productrice d’amandes dans les Cévennes qui travaille avec cette société, pour elle, cette initiative est aussi l’occasion de montrer qu’il y a bien une différence entre une amande de Californie et une amande française…

La question du prix

Cela dépend de nos habitudes….Si on est habitués à acheter en supermarché des cosmétiques bon marché sans regarder la composition, ce n’est pas donné, et si on privilégie une consommation raisonnée, des produits de qualité et juste en nombre utile, c’est très correct…

Comptez 28 euros le flacon de 30 ml, pour l’avoir testé, c’est vrai qu’il en faut très peu pour s’hydrater…Après c’est sûr qu’une huile de cette qualité, non testée sur les animaux, fabriquée en France avec ce type de produit ça a un coût…

Cette chronique a été diffusée le mardi 03 septembre 2019, dans l'émission "Ensemble c'est mieux" sur France 3 Paris IDF. 

Pour visionner la chronique de Valère Corréard c'est ici :

Pour visionner l'émission c'est par là :