Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Idées pratiques

Notre carte participative des masques réutilisables "Made in France"

40 millions de masques réutilisables fabriqués par semaine en mai, selon la Fédération Indépendante du Made In France.
©Google maps/Carte réalisée par ID, L'info durable

L’Académie nationale de médecine a rendu son avis cette semaine : "dans l’espace public, les masques en tissu, lavables, doivent être préférés aux masques jetables pour d’évidentes raisons économiques et écologiques". Pour aller encore plus loin et réduire son impact environnemental, autant privilégier des masques "Made in France", fabriqués à proximité de chez soi. 

Geste barrière contre le coronavirus, le masque est obligatoire dans les lieux clos depuis fin juillet et dans les rues de certaines villes depuis août. Dans sa version jetable, il a un impact certain sur l’environnement : le déconfinement mi-mai dernier en est un triste exemple puisque les jours suivants, l'on retrouvait déjà des masques chirurgicaux jetables laissés dans les rues et dans la nature

Quelques mois plus tard, les Français se tournent de plus en plus vers des masques en tissu réutilisables. Cependant, certains gestes sont à prendre en compte pour garantir une protection optimale avec un masque en tissu.

Pour une meilleure efficacité du masque : 

  • Avant de le mettre, mieux vaut se laver les mains au moins 30 secondes avec du savon ou utiliser une solution hydroalcoolique pour éviter de transférer de possibles microbes. Opération à répéter après avoir retiré le masque - en ne touchant que les fils ou élastiques au niveau des oreilles - ; 
  • La bouche et le nez doivent être recouverts sinon le masque n’a aucune utilité ;
  • Le masque ne doit pas être porté plus d’une journée, voire uniquement quatre heures avant d'en changer. Et il doit être changé dès qu’il devient humide (notamment après avoir éternué ou toussé) ; 
  • Le lavage du masque peut se faire à la main ou en machine avec un détergent, et l’Académie nationale de médecine indique dans un communiqué que la température de 60° n’est pas justifiée ;
  • La plupart des masques en tissu homologués peuvent supporter 10, 20 ou 30 lavages au maximum ; 
  • Et pour limiter l’empreinte carbone liée à la production du produit, pourquoi ne pas privilégier des fournisseurs “locaux” ? Durant la crise de nombreuses usines textiles françaises se sont lancées dans la confection de masques. En mai, la Fédération Indépendante du Made In France (FIMIF) affirmait que pas moins de 40 millions étaient fabriqués par semaine. Pour vous aider à repérer les fabricants à proximité, ID vous propose une carte non-exhaustive et évolutive des masques Made in France à partir des enseignes répertoriées par la FIMIF (envoyez-nous d'autres adresses à rédaction(a)linfodurable.fr ) :

Comme le masque n’empêche pas totalement la contamination, il est important de respecter les différents gestes barrières recommandés par les organes de santé, à savoir : garder une distance avec minimale de 1 mètre avec les autres si possible et notamment dans les transports publics, aérer les pièces, se laver les mains régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude ou encore nettoyer les surfaces comme les téléphones, poignées de porte, gourdes...

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique "Bébé (aussi)  sera écolo"  ! 68 pages d’idées pratiques, d’astuces, de conseils et de témoignages de parents et d’experts pour aider les jeunes parents à accueillir bébé en mode «  durable  » et à allier écologie et économies. 

Commandez dès à présent votre exemplaire sur notre boutique en ligne. 

Merci ! #TousActeurs.