Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Greenweez : "une entreprise à mission, cela change tout !"

Romain Roy, directeur général de Greenweez.
© DR

Entretien avec Romain Roy, directeur général de Greenweez, la place de marché référente en Europe sur la thématique de la consommation responsable. Il revient sur l'évolution de la vente de produits bio et responsables mais aussi sur les avantages d'être une entreprise à mission.

Selon vous, qu'est-ce qui rend Greenweez unique sur le marché ?

Nous avons aujourd’hui l’offre produits la plus large et complète du marché, avec plus de 170 000 références dans tous les univers de la consommation responsable. Beaucoup d’alimentaire évidemment, puisque nous étions à la base un supermarché bio en ligne, mais également un assortiment complet désormais sur des thématiques comme la maison, l’extérieur, la seconde main ou encore la mode. Cette offre est unique en Europe, et elle nous permet par ailleurs de proposer un ensemble de références à des prix ultra accessibles. C’est donc cette combinaison entre largeur d’offre et accessibilité prix qui fait notre spécificité, en plus de notre positionnement européen, puisque nous sommes aujourd’hui les seuls à être présents dans sept pays. 

La vente de produits bio et responsables n’est plus le pré carré des enseignes spécialisées, un mal pour un bien ?

Si l’on réfléchit en termes d’impact environnemental, il faut bien entendu que la consommation responsable devienne la plus globale possible, et qu’elle soit donc accessible au plus grand nombre. Je ne pense pas que les enseignes spécialisées soient aujourd’hui en capacité de servir l’ensemble de la population, et je considère donc qu’il est plutôt souhaitable que d’autres enseignes puissent également le faire. Ceci étant dit, attention à garder des standards de qualité élevés, à ne pas galvauder la bio ou les produits responsables, et à rester très exigeants sur l’origine des produits et leurs compositions, car le risque de décrédibiliser l’ensemble aux yeux des consommateurs est réel. Il faut par ailleurs que la distribution spécialisée continue à jouer son rôle de précurseur/prescripteur avec des assortiments spécifiques, qui montrent la direction à suivre en matière de qualité environnementale des produits, de relations fournisseurs et d’éthique. 

Vous êtes une entreprise à mission. Qu’est ce que cela change ?

Cela change tout ! Depuis notre création en 2008, nous avons multiplié les initiatives pour mettre en adéquation notre projet d’entreprise avec nos convictions environnementales et sociales, mais tout se faisait de façon un peu désordonnée.

Devenir entreprise à mission nous a amené à redéfinir totalement notre raison d’être après un travail collaboratif qui a mobilisé toute l’entreprise, à faire en sorte que cette vision soit partagée par tous, et à définir des objectifs précis liés à cette raison d’être."

Cela a totalement structuré notre démarche d’impact. Par ailleurs, dans les temps agités que nous vivons tous, nous nous félicitons chaque jour d’avoir cette colonne vertébrale qu’est notre raison d’être. Enfin, nous participons à la Communauté des Entreprises à Mission, ce qui est extrêmement enrichissant. J’en profite pour saluer et remercier Emery Jacquillat de la CAMIF pour le formidable travail qu’il réalise sur ce sujet de l’entreprise à mission. 

Pourquoi avoir participé à la Convention des Entreprises pour le Climat ?

Nous avons toujours considéré que Greenweez était une entreprise "nativement RSE" car la notion d’impact environnemental sous-tendait le projet depuis l’origine. Mais nous nous sommes probablement un peu laissés un peu endormir et avons réalisé en 2020 que notre engagement n’était plus au niveau des enjeux planétaires. Lorsque nous avons vu naitre cette fantastique initiative autour d’Eric Duverger et de son équipe incroyable, nous avons donc sauté sur l’opportunité et avons demandé à en faire partie. Nous avons eu la chance d’être sélectionnés parmi les 150 entreprises, et avons ensuite suivi l’ensemble du parcours pour nous permettre d’établir une feuille de route visant à transformer notre modèle économique en modèle régénératif d’ici 2030. 

La notion de Business model régénératif est mis en avant. En quoi cela consiste t-il et qu’est-ce que cela implique pour Greenweez ?

Régénérer, c’est aller au-delà de la réduction d’impacts négatifs ou de leur neutralisation pour s’engager vers la génération d’impacts positifs nets pour les écosystèmes et la société. Séquestrer plus de carbone que l’entreprise n’en émet, régénérer davantage de biodiversité que celle détruite par l’activité, renaturer et revégétaliser, augmenter l’autonomisation (empowerment) des parties prenantes, partager avec elles la valeur et leur offrir un revenu décent, améliorer leur santé physique, émotionnelle et sociale, ... sont des exemples d’objectifs régénératifs.

Dans notre cas, cela veut dire avoir une plateforme qui permette à chacun de consommer mieux dans son quotidien, en proposant des produits qui respectent la planète et son vivant, qui prennent en compte les limites planétaires et la raréfaction des ressources en préservant la qualité et la durabilité des produits, tout en réduisant les externalités négatives de son propre service. "

En 2030, nous devons avoir décarboné totalement notre modèle, mais également entraîné notre écosystème vers des modèles décarbonés et qui rendent à la biodiversité sa capacité d’action. De façon plus concrète, cela signifie pour nous de mettre en œuvre trois leviers d’actions : faciliter la redistribution locale à nos clients en devenant une plateforme communautaire de mise en relation B2C et B2B, repenser le catalogue en étant plus exigeant, et en proposant des produits et services régénérateurs, utiles et nécessaires et enfin accompagner nos clients, fournisseurs, partenaires et salariés vers un modèle de vie à visée régénératrice.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs