Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

idées pratiques

Que semer et planter en avril?

Le mois d'avril est l'occasion d'entreprendre pour de bon les travaux en pleine terre.
©Couleur/Pixabay

« En avril, ne te découvre pas d’un fil », dit le proverbe. S’il faut rester prudent et ne pas se précipiter pour semer et planter, avril marque bien souvent l’occasion de retourner pour de bon au jardin.

Au mois d’avril, le printemps commence généralement à être bien installé. Pour la première fois de l’année, c’est l’occasion d’entreprendre les premiers travaux d’ampleur en pleine terre. En effet, contrairement au mois de mars, les écosystèmes commencent à reprendre vie pour de bon, notamment avec l’allongement du temps d’ensoleillement. Les premiers bourgeons font leur apparition et la terre se réchauffe lentement. Seulement, dans les régions les plus froides, il convient de rester prudent et de ne pas se précipiter dans ses plantations, avril pouvant réserver quelques surprises en termes de température. Toutes ces suggestions valent donc à condition que les gelées soient terminées. 

La pleine terre plus accueillante

Parmi les premières pistes possibles, rappelons que les suggestions des mois de février et mars sont encore valables. On peut, avec moins de risques encore qu’au mois précédent, semer en pleine terre les alliacées (oignons, ail, échalotes…), pommes de terre, betteraves, ou encore les radis et les salades telles que la laitue. Quant aux herbes aromatiques comme la ciboulette, la menthe, ou encore la coriandre, on peut également les placer en pleine terre ou dans des petits pots à l'extérieur. C’est aussi toujours le moment de planter ou semer les épinards, qui apprécient un bon ensoleillement mais un sol assez frais. À la fin du mois, la terre peut accueillir les premiers semis de haricots, ainsi que le concombre dans les régions douces. Enfin, en ce qui concerne les fruits, à la liste des fruits rouges à planter du mois dernier s’ajoute notamment la fraise.  

On peut aussi travailler sur les semis effectués plus tôt dans l’année. Par exemple, les semis de carotte en extérieur gagnent à être éclaircis, c’est-à-dire ré-espacés dans la terre pour permettre à leur croissance de continuer dans de bonnes conditions. Enfin, de retour dans la maison, on peut continuer le travail de semis d’intérieur qu’on a pu entreprendre dès février, auquel cas ils devraient avoir atteint un stade de croissance assez avancé. On poursuivra donc la préparation des tomates, poivrons, piments ou encore du gingembre, puisqu’il n’est pas encore temps de les planter dans la plupart des régions. 

VIDÉO SUR LE MÊME SUJET 

 Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire :  tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.