Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Quand et où pratiquer le glanage ?

En France, le gaspillage alimentaire représente 10 millions de tonnes de produits par an, d'après le ministère de la Transition écologique.
© Anna Salwerowicz/Moissons Solidaires

Le glanage consiste à récupérer les produits délaissés à la fin des marchés ou après les moissons. Voici quelques lieux en ville ou à la campagne où il est possible de glaner pour éviter le gaspillage alimentaire. 

Dans les champs ou sur les marchés, le glanage est une pratique qui consiste à récupérer les fruits et légumes qui n'ont pas été récoltés lors des moissons ou considérés comme invendables par les marchands. Au Moyen-Âge, les glaneurs parcouraient les champs à la recherche de pommes de terre ou d'oignons abandonnés par les agriculteurs. Aujourd’hui, le glanage existe toujours, il est accessible à tous et permet de réduire le gaspillage alimentaire. Mais quand et où glaner des fruits et légumes près de chez soi ?

Dans les champs ou les vergers 

Le glanage est un droit ancestral réglementé par l’État et soumis à quelques règles. Il se pratique obligatoirement de jour, sans outils et est interdit si le terrain est clôturé. Il convient de demander au propriétaire du champ si la récolte a bien été effectuée et s’il est possible de glaner. 

Il existe des groupes de glaneurs un peu partout en France qui récoltent des pommes, des oranges, des carottes, des oignons, des pommes de terre après le passage des agriculteurs. Parmi eux, on compte Cueillette Solidaire à Grasse (Alpes-Maritime), spécialisé dans le glanage des vergers.

Sur les marchés

 À Paris, il existe plusieurs associations qui mettent en place des actions de glanage après les marchés. C’est le cas de Moissons Solidaires depuis 2013. Présents sur quatorze marchés à Paris et en région parisienne, ces bénévoles récoltent auprès des marchands les invendus et les produits abîmés. Cette action est ouverte à tous. Selon les marchés, l'association a besoin de 6 à 20 personnes. Il est possible de les retrouver tous les dimanches place de Joinville dans le 19ème arrondissement de Paris, ou encore sur le marché de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) le mercredi.

"Les commerçants sont contents de nous voir arriver, notre action leur rend service car nous les débarrassons" affirme Anna Salwerowicz, membre de l’association Moissons Solidaires. Les bénévoles collectent, suivant les marchés, jusqu’à 2 tonnes de fruits et légumes. Même après la redistribution, il arrive qu’il y ait des surplus. “Nous observons le plus de perte en période estivale” constate la bénévole. En cause : la chaleur qui rend les aliments plus périssables

Pour lutter contre le gaspillage, le glanage se présente comme une bonne option. “C’est aussi un moment de fraternité où les gens peuvent échanger des recettes, de confitures ou de compotes par exemple, lorsqu’il s’agit de fruits très abîmés", note Anna Salwerowicz.

VIDEO SUR LE MÊME THEME

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #9 : Comment vivre presque sans plastique ?

Au sommaire : état des lieux de la place du plastique dans nos vies, conséquences sur l'Homme et l'environnement, solutions pour s'en débarrasser... 68 pages de solutions pour passer à l'action.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs