Question de la semaine

Programme scolaire et écologie : une présence suffisante ?

L'écologie est-elle assez présente dans les programmes scolaires ?
©Lincoln Beddoe/Shutterstock

En ce début de semaine, la rédaction d’ID vous a sollicité à propos de la place de l’écologie dans les programmes scolaires. Petit récapitulatif de quelques mesures prises par l’Éducation Nationale afin de mettre en avant le développement durable au sein des programmes scolaires pour cette rentrée 2019.

À la question que nous vous avons posée : "L’écologie est-elle assez présente dans les programmes scolaires ?" la majorité d’entre vous (52 %) a répondu  :"Non, j’ai l’impression que c’est au cas par cas selon la sensibilité des enseignants".  

L’écologie est-elle assez présente dans les programmes scolaires ?

Choix

Sur son site, le ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, "la lutte contre le réchauffement climatique ainsi que la protection de l’environnement et de la biodiversité impliquent une mobilisation forte". En vue d'assurer l’éducation de tous les élèves au développement durable et au respect de l’environnement, et selon l'un des axes proposé par le ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer en juin dernier afin de mieux promouvoir le climat et la biodiversité, les programmes scolaires pour cette rentrée 2019 ont été remaniés afin de donner plus de crédit à la transition écologique.

Selon le ministère, les enjeux du développement durable sont intégrés aux programmes d’enseignement scolaire de la primaire jusqu’au lycée. En ce qui concerne le lycée général et technologique, "les enjeux de changement  climatique et de biodiversité sont présents dans le programme d’enseignement scientifique, qui sera commun à tous les élèves de la voie générale. Ils sont également présents dans l'enseignement de spécialité de sciences de la vie et de la Terre (SVT) en classe de première, à travers le thème : "Enjeux contemporains de la planète". En ce qui concerne la filière technologique, la série STI2D prendra en compte "les contraintes techniques, économiques et environnementales liées à la production d'un produit". La sensibilisation au développement durable a également été renforcée au lycée professionnel, l'objectif étant de répondre "aux nouveaux besoins de compétences en lien avec les transitions écologiques et numériques".

Pourtant, selon Reporterre, pour le programme de seconde en SVT par exemple, le changement climatique n’apparaît pas. Seul un chapitre sur la biodiversité et un autre intitulé "Agrosystèmes et développement durable" sont présents. Sylvain, professeur de SVT dans un lycée des Yvelines, indique pour sa part - toujours pour Reporterre - qu'il faut attendre la terminale afin d’étudier le "système climatique" ou encore le "climat du futur". Justification du Conseil Supérieur des Programmes : c'est une question de maturité. 

Autre exemple de l’enquête de Reporterre : pour la géographie, le développement durable tient une bonne place en seconde mais dès la terminale, la mondialisation et les questions géopolitiques dominent. Cela est sans rappeler la lettre ouverte réalisée par des scientifiques, enseignants et citoyens et publiée le 15 décembre 2018 dans Médiapart : selon ces derniers, "les nouveaux programmes du lycée pour les cinq prochaines années, ne laissent pas assez de place pour la transmission des bases scientifiques essentielles à la compréhension des problèmes majeurs que sont le dérèglement climatique et l'effondrement de la biodiversité, leurs causes et les solutions permettant d'agir pour les enrayer". 

Au-delà des programmes

Parmi les autres propositions présentées par Jean-Michel Blanquer en juin dernier : l'objectif d’élire, dans chaque classe de collège ou de lycée, des "écos-délégués". Leurs rôles ? encourager leurs camarades à tenir des comportements respectueux de l’environnement. "En cette rentrée, nous proposons aux élèves d'être des acteurs à part entière pour faire des 60 000 implantations scolaires de notre pays des espaces de biodiversité, à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique", a sur ce point lancé mardi 27 août le ministre, avant d’ajouter :"À la fin du mois de septembre, toutes les classes de collège et de lycée éliront un éco-délégué pour œuvrer concrètement à cette transformation".

Dans cette logique d’éducation au développement durable, l’Éducation Nationale insiste également sur le fait que dans chaque établissement soit "installé un équipement contribuant à la protection de la biodiversité" tels que des potagers bio, des ruches, des plantations d’arbres ou encore des "hôtels à insectes".

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.