Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Positive Planet : "Il s’agit d’intégrer et de considérer les nouveaux pouvoirs"

Fondation Positive Planet

Le Global Positive Forum de la Fondation Positive Planet s'est déroulé le 20 novembre 2018. Cette édition a rassemblé plus de 400 personnes, dont 35 intervenants venus d’une dizaine de pays différents. Audrey Tcherkoff, directrice générale de la Fondation, revient sur cette journée d’échanges intenses. 

Dans quel contexte a été pensé le Global Positive Forum ? Pourquoi cette initiative ?

Le Global Positive Forum a été pensé comme le seul "do tank" inclusif aux enjeux planétaires, loin de l’entre-soi gouvernemental et politique afin de sortir des forums vitrines, des dialogues complaisants. Aucun forum jusqu’ici ne rendait compte de ses actions. Face à l’inaction et l’essoufflement du momentum de la COP21 et des Accords de Paris, le Global Positive Forum a pour ambition de mettre les leaders mondiaux politiques à l’écoute des propositions citoyennes.  Loin d’être un cercle "d’élites repliées sur elles-mêmes", le Global Positive Forum a vocation à être à la fois le G20 avant le G20 et à être l’organisme qui porte les voix des citoyens du monde entier dans les négociations internationales, trouvant leur place au sein du multilatéralisme. Il s’agit dès lors d’intégrer et considérer les nouveaux pouvoirs.

Pour la seconde édition, il s’agissait non seulement de présenter les résultats de la consultation et les 20 propositions issues des idées rassemblées et travaillées par les groupes d’experts sur l’environnement, l’amélioration des conditions de vie pour tous, et l’économie au service des générations futures, mais aussi de faire de l’indice de positivité une valeur universelle reconnue par les pouvoirs politiques et économiques. 

Quels ont été les temps forts de cette journée ? 

En ouverture de la matinée, la Première ministre d’Islande a marqué les esprits en listant les projets et initiatives qui font de son pays un modèle d’exemplarité pour l’implémentation d’idées telles que celles des 20 propositions présentées lors du Forum. Du rôle de la démocratie à la considération de l’environnement dans les politiques publiques, sa définition de la positivité a consolidé l’importance d’agir pour changer les mœurs actuelles. Après une intervention vidéo de soutien par le Secrétaire d’État à l’environnement polonais et Président de la COP 24, Michal Kurtyka, une conversation sur le rôle et l’importance que joue le développement de la femme dans l’avenir de notre monde entre Inna Shevchenko, activiste féministe membre du mouvement Femen et Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix 2018, a pris place.

La dernière intervention sur scène fut celle de la vice-présidente d’Argentine, Gabriela Michetti, qui a formulé un plaidoyer poignant, en français, pour l’importance de l’amour et la spiritualité au sein des politiques publiques et de l’économie. Pour cela, l’humain doit impérativement revenir au cœur des décisions et du développement sociétal, environnemental et économique de tous les secteurs de nos sociétés. Ces acteurs ont tous révélé un soutien fort aux propositions et ont officiellement marqué cet engagement à la fin de la matinée lors d’une séance de signature. 

L’après-midi, la présence de représentants du gouvernement islandais, dont la Première ministre, nous a permis d’organiser une masterclass portant sur l’indice de positivité des nations. Développé par Positive Planet, l’indice de positivité est un outil de mesure globale de la performance  sous l’angle d’une croissance "positive, durable et inclusive". Il se décline en 25 indicateurs relatifs à l’environnement, à l’inclusion, au cadre de vie, à la gouvernance et à la démocratie locale notamment. Lors de cette masterclass, Patrick Devedjian, président du département des Hauts-de-Seine l’indice de positivité des Hauts-de-Seine. C’est la première fois qu’un département calcule son indice de positivité. 

Denis Mukwege (Prix Nobel de la paix 2018) et Audrey Tcherkoff

Que va-t-il se passer ensuite concrètement pour les 20 propositions retenues ?

Les 20 propositions citoyennes sont maintenant entre les mains de Gabriela Michetti, vice-Présidente de la République d’Argentine, pays hôte du G20 où nous sommes présents cette semaine pour présenter les propositions aux leaders du monde entier. En 2019, Up For The Planet assurera le suivi de la mise en œuvre de ces 20 propositions citoyennes dans le monde mais aussi le suivi des engagements pris lors de la 2ème édition du Global Positive Forum par tous ceux qui, en s’engageant, sont devenus les acteurs du changement.

Dès lors, le Global Positive Forum aspire à être plus qu’un évènement ponctuel, par un suivi de l’implémentation des propositions des Etats Généraux au cours de l’année, débouchant sur un compte-rendu avec restitution précise, exhaustive et officielle de l’adoption des propositions et de leurs avancées, avant de lancer les prochaines consultations.