Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Livraisons de courses, fabrication de masques... Ces lieux de culte transformés pour aider à surmonter la crise 

Des bénévoles fabriquent des masques de protection, encadrés par la mosquée Assalam et l'association Le Devoir d'Agir à Nantes.
©Le Devoir d'Agir

Des bonnes sœurs devenues couturières, une mosquée transformée en atelier de fabrication de masques, des fidèles assurant un service de livraison de courses... La sphère religieuse apporte sa pierre à l’édifice pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus. Personnalités religieuses et lieux de cultes sont mobilisés pour aider à surmonter la crise aux quatre coins de la France.  

Entre les murs de la mosquée Assalam à Nantes, le ramadan s’entame dans un contexte spécial. Depuis le début du confinement, certains lieux de culte se sont transformés en véritables ateliers de couture pour fabriquer notamment des masques de protection. Comme à Nantes, imams, bonnes sœurs, fidèles et autres bénévoles s'attellent à cette tâche un peu partout en France.  

Partenaire de l’association Le Devoir d’Agir, la mosquée Assalam espère produire quelque 16 000 masques en tissu pour les distribuer aux migrants, habitants des Ehpad ou encore pour le personnel médical. Auprès de Ouest France, l’un des bénévoles assure que "tout est réalisé dans le respect de la norme AFNOR", et des "règles de distanciation".

L'association distribue également quelques douceurs alimentaires au personnel soignant du CHU de Nantes.

Du côté de Vénissieux en Auvergne, la mairie a lancé le 8 avril dernier un appel à la production de 15 000 masques en tissu également pour les associations, structures d’accueil de personnes âgées et handicapées de la commune. La mosquée Eyüp Sultan, qui accueille d’ordinaire des fidèles de la communauté turque, a répondu à l’appel de la mairie. Auprès du journal local Expressions, Servet Titiz, président du lieu, expliquait le 20 avril dernier : "Le temps de nous organiser, nous avons commencé le mercredi 15 avril et nous avons déjà fait plus de 2000 masques. On devrait atteindre les 5000 pièces d’ici mercredi prochain". Soit de quoi assurer le tiers de l’objectif fixé par la ville.

En outre, les jeunes fidèles de la mosquée de Vénissieux ont également entrepris la mise en place d’un service de livraison de courses gratuit à domicile pour les personnes vulnérables, sous l’intitulé "Tends la main à ton voisin".

Du côté de la communauté catholique, les initiatives ne sont pas en reste non plus. Dans le Var, les bonnes sœurs du monastère de la Consolation à Draguignan ont transformé leurs machines à coudre en machines à production de masques également. 25 religieuses s’affairent chaque jour pour répondre là aussi à l’appel du maire. Selon La Croix, le patron de ces masques de protection sanitaire a été conçu par un épidémiologiste du CHU de Grenoble. Dans la ville, ils sont ensuite distribués aux pharmaciens, pompiers et corps de métier en activité, exposés au virus.  

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.