Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Convention Citoyenne pour le Climat : le résultat des tirages au sort se précise

La Convention débutera ses travaux le vendredi 4 octobre.
©Matej Kastelic/Shutterstock

Depuis le 26 août, l’institut Harris Interactive s’est chargé de composer les 250 000 numéros générés automatiquement – 85 % de portables et 15 % de fixes – afin de sélectionner les 150 citoyens français réunis au sein de la Convention Citoyenne pour le Climat. 

Ce mardi 1 octobre marque l'annonce de la clôture officielle du tirage au sort des 150 Français réunis au sein de la Convention Citoyenne pour le Climat. Dans un communiqué, Julien Blanchet, rapporteur général de cette Convention, se réjouit : "Nous avons réussi, par la composition de cet échantillon, à inclure, d’une manière inédite l’ensemble de la diversité de la population française. Avec cette composition, il s’agit enfin d’illustrer que l’égalité politique en France, ça veut dire que chacun a sa place autour de la table pour délibérer". Durant la conférence de presse du jour, il a ajouté que le comité d'organisation pouvait être fière d'avoir réussi à "construire cette France en tout petit".

Convention citoyenne : selon vous, va-t-elle vraiment s’imposer au gouvernement ?

Choix

La Convention Citoyenne pour le Climat débutera ses travaux le vendredi 4 octobre au palais d’Iéna, siège du Conseil économique social et environnemental (CESE). Le premier week-end sera consacré à une présentation et un état des lieux de la situation, pour que chaque tiré au sort reçoive le même niveau d'information : "Les garants seront des témoins de la rigueur et de l'indépendance des citoyens", soutient Julien Blanchet. 

Pour rappel, il s'agit d'un héritage du Grand Débat, lui-même né de la crise des Gilets Jaunes. Le Président de la République annonçait lors d’une allocution le 26 avril dernier la création d’une convention pour le climat ayant pour vocation "d’impliquer directement" les citoyennes et les citoyens français dans la préparation de la loi (tous les détails sur le site de la Convention Citoyenne). 

La Convention n’est dotée d’aucun rôle contraignant : pour garantir l’encadrement, le soutien et la transposition légale des mesures qui en émaneront, des garants ont été désignés. Ainsi, le militant Cyril Dion, Anne Frago ,la directrice du service Culture et questions sociales de l’Assemblée nationale, et Michèle Kadi, la directrice générale honoraire des services du Sénat, seront les référents des citoyens tirés au sort. Ils porteront le projet pour qu’il aboutisse à un résultat. C’est en cela que Cyril Dion a déclaré en août dernier être prêt à maintenir la "pression" sur le président Emmanuel Macron pour qu'il "ne remette pas en cause ses engagements". Au-delà des réunions de travail des citoyens tirés au sort, il est à noter que chacun pourra soumettre ses propositions via un formulaire prochainement en ligne.

Cet exercice de démocratie participative pose question : ces travaux vont-ils être utiles, vont-ils réellement être pris en compte dans le processus législatif ? Il divise aussi surtout du côté des associations et des organisations non gouvernementales. Claire Sénéchal, la porte-parole de Greenpeace France, estime qu'il s'agit d'une "perte de temps", d'"un artefact pour faire diversion" étant donné que les "solutions, on les connait déjà" (interrogée par l'hebdomadaire La Vie). Du côté de L’Obs, Maxime Combes, le porte-parole d’Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne), qui déplore le long délai de réactivité de la part du gouvernement : "Le gouvernement donne l’impression d’attendre le dernier moment pour agir". 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.