Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

DOSSIER PARTENAIRE

Bénévolat : “Avec Diffuz, nous proposons un engagement à la carte”

Jean-Michel Febvin, responsable de la plateforme Diffuz.
© Thierry Borredon

Avec sa plateforme créée en 2017, la Macif met en relation des associations et des citoyens qui souhaitent s’investir pour une cause le temps d’une journée ou même moins. Un bénévolat ponctuel qui séduit de plus en plus de jeunes citadins actifs. Focus sur cette initiative avec Jean-Michel Febvin, responsable de la plateforme Diffuz.     

Comment est née l’idée de créer une plateforme d’engagement citoyen ?   

L’initiative est née des délégués de la Macif, qui sont les représentants des sociétaires. Constatant que le monde associatif était vieillissant et avait besoin de sang neuf, ils ont décidé de lancer la plateforme Diffuz en mai 2017. L'objectif était de favoriser l’engagement bénévole auprès des actifs. En réalisant une étude avec Recherches et Solidarités, nous avions découvert que 40% des citoyens souhaitaient s’engager mais qu’ils ne trouvaient pas toujours des offres s’accordant avec leur agenda professionnel et/ou familial. Avec Diffuz, nous proposons un engagement à la carte. Cette forme de bénévolat séduit. Aujourd’hui, près de  50 000 personnes ont rejoint notre plateforme. Plus de 80 % d’entre eux sont en activité et travaillent à plein temps. 

Comment fonctionne concrètement Diffuz ?  

Les associations proposent des actions à réaliser près de chez soi, sur une demi-journée ou une journée. Cela va de la distribution de repas au ramassage de déchets. Aujourd’hui, plus de 1 630 associations ont rejoint notre plateforme, notamment le Secours populaire, la LPO ou encore Unis Cités. Les citoyens peuvent aussi lancer des défis. Avec la Covid, ce micro-bénévolat a essaimé. Face à la difficulté  pour un bon nombre d’associations de mobiliser des bénévoles réguliers plutôt âgés, des initiatives citoyennes ont vu le jour.  Certaines personnes ont proposé la distribution de repas, tandis que d’autres ont mis par exemple des cintres sur leur trottoir pour accrocher des manteaux pour les sans-abris.   

Comment sont validés les défis ?   

Nos équipes ne modèrent pas qui fait l’action. Tout le monde peut en proposer, que ce soit un citoyen, une association, une entreprise ou une collectivité territoriale. Ce sont les défis qui sont modérés. Diffuz reste avant tout une plateforme d’engagement citoyen. En revanche, nous sommes attentifs aux missions en tant que telles. Celles-ci doivent être solidaires. Nous interdisons également toute forme de prosélytisme religieux et politique.   

Cet article est extrait de notre dossier : "Jeunes et engagés pour un autre futur". A découvrir ici ! 

Y-a-t-il des thèmes plus populaires que d’autres ?   

Au même titre que la lutte contre la précarité, les actions autour de la préservation de l’environnement, la biodiversité et la protection animale ont rencontré un vif succès dès le début. En 2020, nous avons ouvert les défis aux 15 ans et plus car il y avait une vraie volonté de s’engager autour de ces enjeux, notamment dans les collèges et les lycées. Beaucoup cherchent également des événements sportifs avec une portée solidaire, comme Octobre Rose qui permet de sensibiliser et de mobiliser au dépistage du cancer du sein et récolter des dons pour la recherche.   

Quelles autres formes d’engagement proposez-vous ?  

A l’avenir, nous comptons ouvrir notre plateforme aux appels aux dons. Ce sera en complément d’une action. Par exemple, si le Secours populaire cherche des bénévoles pour des collectes de fournitures scolaires. L'association pourra aussi proposer de faire un don qui sera utilisé pour l’achat de matériel. Nous allons également ouvrir les défis récurrents, par exemple une soirée par semaine ou une par mois. Ce rythme peut convenir notamment pour du soutien scolaire. Aujourd’hui, un défi ne dure pas plus d’une journée. L’idée n’est pas de dénaturer l’ADN de Diffuz mais d’enrichir notre offre. De plus en plus de citoyens nous rejoignent. Nous devons être en capacité d’offrir des réponses à ces envies d’agir et proposer plus d’opportunités aux associations.

En partenariat avec La Macif. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #9 : Comment vivre presque sans plastique ?
Au sommaire : état des lieux de la place du plastique dans nos vies, conséquences sur l'Homme et l'environnement, solutions pour s'en débarrasser... 68 pages de solutions pour passer à l'action.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs