Education/Citoyenneté

500 familles engagées dans l'initiative "zéro déchet" de Roubaix

Le Premier ministre, Edouard Philippe, en visite à Roubaix chez l'une des familles "Zéro déchet".
©Edouard Philippe/Twitter

L'opération "zéro déchet" à Roubaix (Nord), mise en avant jeudi lors de la visite d'Edouard Philippe, est une initiative visant à réduire le nombre de déchets non recyclés, mise en place depuis 2014 par la mairie.

A l'origine, cette initiative visait à "répondre à une question de salubrité publique", explique la mairie dans un communiqué. Elle met notamment à contribution 500 familles, sur les près de 100 000 habitants de la ville, engagées dans "défi famille" pour lequel elles s'engagent à "réduire de 50 % leur production de déchets en un an".

En moyenne, les familles "zéro déchet" produisent quatre fois moins de déchets non recyclés que la moyenne roubaisienne, selon la mairie. A son lancement en 2015, cette initiative rassemblait 100 familles équipées de "balances pour leur permettre de mesurer leur production d'ordures ménagères" et accompagnées grâce à des "ateliers pratiques". Derrière l'enjeu écologique, le "zéro déchet" permettrait également aux ménages de faire des économies dans l'une des communes les plus pauvres de France selon l'Insee, avec un taux de pauvreté de 44 % en 2016. "Annuellement, j'économise 1500 euros : deux semaines de vacances", explique Magdalène Deleporte, dont la famille de deux enfants est engagée depuis 2016. Elle fabrique ainsi son shampoing qui lui "revient à un euro" et lui dure "un mois", son dentifrice "avec de l'huile essentielle de menthe poivrée notamment" ou encore ses éponges "avec les restes de vêtements tissés".

Outre les familles, les cinquante écoles de Roubaix participent au projet notamment en "réduisant la quantité de déchets produits par les restaurants scolaires" et en "luttant contre le gaspillage alimentaire". Une quarantaine de commerçants, impliqués dans le projet, ont aussi signé une charte d'engagement prévoyant le recyclage des déchets et la suppression des sachets.

"Le déploiement de la dynamique zéro déchet a entraîné l'émergence d'une nouvelle forme d'économie, l'économie circulaire", explique la mairie qui dit apporter "son soutien aux porteurs de projets" et faciliter "le lien avec la collectivité".

La conseillère municipale EELV de Roubaix Myriam Dau tempère cependant la portée de cette initiative "zéro déchet", "un peu l'arbre qui cache la forêt" selon elle, même si elle salue la "prise de conscience" qu'elle entraîne. Car tous déchets produits à Roubaix, y compris ceux de ces 500 familles, sont au final traités par la Métropole européenne de Lille "qui a pris un an de retard dans ce domaine".

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.

Avec AFP.