Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

"1km, 1 déchet" : un nouveau challenge pour nettoyer l'espace public en plein confinement

Benoît Schumann, président et fondateur de l’association Projet Rescue Ocean durant une séance de ramassage de déchets.
©Projet Rescue Ocean

Agir pour la planète y compris en période de confinement... C’est le nouveau challenge tendance sur les réseaux sociaux qui incite les citoyens à collecter les déchets qu'ils trouvent durant leur sortie.

Ramasser un déchet puis se prendre en selfie avec celui-ci, voici le nouveau défi écologique des réseaux sociaux. Projet Rescue Ocean, association environnementale créée en 2014 à Béziers, tente de sensibiliser la population à l'éco-citoyenneté. Elle souhaite ainsi placer l'environnement au centre des réseaux sociaux. Depuis début novembre et durant toute la période du confinement, sur Facebook et Instagram, les coureurs et promeneurs sont invités à collecter un déchet sauvage, à se prendre en selfie, à publier leur sous le hashtag #challenge1kilometre1dechet sur la page Facebook dédiée à l'évènement en identifiant trois amis — et Projet Rescue Ocean —, puis à jeter le déchet dans la bonne poubelle. Confinement oblige, tout cela en une heure, dans un rayon d'un kilomètre et avec son attestation.

"Montrer que tout le monde peut faire sa part"

"Durant le premier confinement, nous avons pu constater un retour des déchets à usage unique et de nouveaux déchets comme les masques et les gants", explique Benoît Schumann, président et fondateur de l’association Projet Rescue Ocean à ID. Cela, malgré le fait que nous soyons confinés complète-il. Ainsi est né le challenge.

Notre rôle est de sensibiliser à l'éco-citoyenneté, montrer que cela est accessible, facile, et que n'importe qui peut faire sa part."

Le rôle de l'association en cette période est de "continuer à sensibiliser à l'éco-citoyenneté, montrer que cela est accessible, facile, et que n'importe qui peut faire sa part", souligne le président. C'est aussi l'une des raisons pour laquelle ce pompier-plongeur professionnel depuis plus de quinze ans s'est lancé dans l'aventure : "J’ai voulu créer cette association pour faire des rappels d’éco-citoyenneté, de civisme, de bon sens, et montrer que tout le monde pouvait faire sa part. Le but, c’est de fédérer". Une sensibilisation qui hors crise sanitaire, se fait également auprès d'enfants dans des établissements scolaires.

55 tonnes de déchets

En quelques jours, une centaine de personnes avaient déjà participé au challenge. L'association qui est reconnue d’intérêt général depuis 2017, n'en est pas à son premier coup d'essai. Elle organise régulièrement des sessions de dépollution sur terre comme dans les eaux avec des plongeurs confirmés, dans ses quinze antennes en France dont à Bézier, Marseille, Perpignant ou encore en Bretagne — mais aussi à l'étranger où elle a douze antennes, en Espagne, en Algérie, enPolynésie ou encore en Thaïlande. L'année dernière, Project Rescue Ocean a collecté 55 tonnes de déchets, uniquement en organisant des opérations éco-citoyennes. Grâce à son travail de sensibilisation, et une participation à un projet de recyclage de déchets sauvages, elle a été reconnue comme association leadership sur l'éco-citoyenneté par Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « La transition écologique Made in France ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour consommer 100 % local et responsable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs