Culture

Trois bonnes raisons de regarder "Notre planète", la nouvelle série-documentaire de Netflix

©Netflix/"Our Planet"

"Notre planète", la nouvelle série-documentaire qui nous balade entre la nature et le vivant, a débarqué en grande pompe sur Netflix le 5 avril dernier. Une production spectaculaire à découvrir au plus vite.

Des images aussi sublimes qu’alarmantes 

Une fois de plus, Netflix a frappé un grand coup avec la sortie de sa nouvelle série-documentaire le 5 avril, qui nous "révèle la beauté naturelle de notre planète, mais aussi l'impact du changement climatique sur toutes les créatures vivantes". "Notre planète", production originale de la plateforme, vaut son pesant d'or. Elle embarque le téléspectateur aux quatre coins du monde, au cœur d'une nature à la fois sublime et abîmée par l'Homme. On y fait le tour de la Terre pour plonger dans des décors aussi radicalement opposés que la savane et les pays froids.

Les images époustouflantes sont filmées en 4K, pour une qualité jusqu'alors inégalée. Les drones, les travellings, les close-up et les immersions en eaux profondes à foison laisseraient presque croire à des images de synthèse. On y constate également l'évolution des paysages et de la biodiversité, à l'image de ces coraux filmés durant six mois que l'on observe se dégrader en quelques secondes (épisode 4, "les eaux côtières"). Mais Notre planète annonce aussi quelques bonnes nouvelles, comme cet archipel indonésien aux eaux bleu turquoise devenu un site protégé en 2007 pour abriter une nurserie de requins : la zone compte aujourd'hui "25 fois plus de requins qu'il y a 10 ans", nous annonce le narrateur (épisode 4 également).


Une "pédagogie" spéciale Netflix

La plateforme qui fait trembler le cinéma n'en finit pas de se démarquer quant à la construction de ses productions. Peut-être avez-vous fait un détour par la dernière sortie de la série Black Mirror qui proposait à ses téléspectateurs un épisode interactif ? Dans un autre genre, Notre planète est reliée à un site internet. Elle compte huit épisodes d'une cinquantaine de minutes environ. Le premier fait office d'introduction, tandis que les sept autres sont chacun consacrés à un environnement spécifique : Les jungles, Des déserts aux prairies, Les eaux profondes ou encore Les mondes gelés. Après chaque épisode, le générique de fin annonce : "Pour découvrir comment nous pouvons sauvegarder les milieux polaires, rendez-vous sur ourplanet.com". On retrouve sur le site internet des informations spécifiques à l'environnement que l'on a découvert, des vidéos bonus ou encore un onglet "pour passer à l'action", vers le site WWF.

En prime, la narration du documentaire, parfois drôle et décalée, est loin d'être assommante de chiffres barbares et laisse les sublimes images parler d'elles-mêmes. 

Des moyens de production colossaux 

Les producteurs n'ont pas lésiné sur les moyens. Plus de 600 personnes ont été mobilisées pour le tournage, qui lui-même a duré quatre ans. De l'Arctique à l'Afrique, 50 pays de tous les continents ont été visités. Nous devons ce documentaire à la société de production Silverback Films, en partenariat avec Netflix et avec un cofinancement de la WWF en prime. La signature est celle du réalisateur britannique Alastair Fothergill (également auteur de "Planète bleue" et "Félins"), surnommé le "Spielberg des films animaliers". La série a été traduite en dix versions et parfois doublée par des célébrités : Pénélope Cruz pour l'Espagne ou encore Salma Hayek pour l'Amérique latine ont toutes deux prêté leur voix à la narration.

Notre planète sonne l'alarme. La série-documentaire entend provoquer une prise de conscience et alerter sur l'urgence d'agir face au dérèglement climatique. À visionner au plus vite donc !

 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.