Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Eco-construit et autonome en énergie, le premier cinéma "100% durable" ouvre dans l'Aube

Apolline (à gauche), projectionniste et Anne Faucon (à droite), directrice du premier cinéma "éco-construit" et "autosuffisant en énergie" de Pont-Sainte-Marie, près de Troyes, dans l’est de la France.
© FRANCOIS NASCIMBENI/AFP

Ossature en bois, isolation en paille, toilettes sèches, projecteurs basse consommation : "comme un cadeau de Noël à la planète", le premier cinéma "éco-construit" et "autosuffisant en énergie" a ouvert près de Troyes (Aube), avec l'ambition d'inspirer un milieu encore énergivore.

Dans le hall aux murs pourpres, les yeux ronds des premiers visiteurs balayent l'espace. Ici, une cheminée crépite devant de confortables fauteuils fleuris. Là, une spectatrice assise dans l'espace "tisanerie" feuillette le programme, sous un lustre cristallin dégoté sur Leboncoin.

"Bienvenue chez Utopia Pont-Sainte-Marie", chantonne la directrice, Anne Faucon, en ce mercredi d'ouverture. "Pas de nourriture pendant le film, mais n'hésitez pas à venir plus tôt griller quelques châtaignes !"

Ce cinéma est le petit dernier du réseau Utopia, sept cinémas d'art et essai organisés en coopératives.

L'"esprit Utopia", c'est "un modèle à taille humaine, convivial, qui évite d'éclairer et chauffer du vide, naturellement plus durable" que les multiplex, explique Mme Faucon, la fille des fondateurs du réseau. "Mais cette fois, on a voulu aller beaucoup plus loin."

Un parcours du combattant

Dans ce cinéma de 300 places et quatre salles - dont une réservée à l'éducation - "seul le sous-sol est en béton", poursuit-elle, pointant la "structure de bois", "l'isolation performante en paille compressée", et par endroits en laine de bois.

Le chauffage vient d'un poêle biomasse à granulés et des dizaines de panneaux solaires sur le toit permettront "d'être autosuffisant en énergie", assure Anne Faucon.

Passées les salles de projection "cosy" aux murs tendus de velours, une innovation attire les curieux : les toilettes sèches.

Urinoirs masculins, féminins, et toilettes "toutes commissions" sont signalées par des écriteaux. Au sous-sol, les matières solides sont compostées pendant "au moins deux ans", et les urines stockées pour servir d'engrais, détaille la professionnelle, saluant les "économies d'eau énormes".

"Je suis la dame pipi de l'art et essai. Ce sera écrit sur ma tombe", plaisante-t-elle, soulagée "d'ouvrir enfin" après quatre ans de "parcours du combattant".

En 2018, Anna Zajac, élue communiste de Troyes, contacte Utopia pour leur suggérer de s'installer dans l'Aube, département sous-doté en cinémas. "Toute l'agglomération n'avait qu'un cinéma CGR", explique l'élue.

Mais la mairie ne soutient pas le projet. "Avec notre collectif de soutien, on a fait du bruit, dans la presse. Jusqu'à attirer l'attention du maire de Pont-Sainte-Marie", une commune limitrophe, se félicite-t-elle.

"Prouver qu'un autre cinéma est possible"

Séduit par un projet selon lui "exemplaire", le maire Pascal Landreat propose à Utopia "une friche militaire, au coeur d'un nouvel éco-quartier", dans cette petite commune "déjà engagée dans une démarche écologique", pionnière notamment de la collecte des déchets à cheval. Ils signent un bail emphytéotique de 99 ans, pour 1 000 euros annuels.

"On me disait sans arrêt : attention, écolo, c'est 30% plus cher", soupire Anne Faucon. Aidée d'un maître d'ouvrage, de "quelques fonctionnaires et petites mains engagées", elle redouble d'efforts, pour "prouver qu'un autre cinéma est possible".

Sur les 2,6 millions d'euros nécessaires, elle obtient 300 000 euros de fonds européens, 200 000 du conseil départemental, 100 000 du CNC et 100 000 de financement participatif. Complétés par des fonds propres et "plus d'un million d'emprunts". L'équipe comptera à terme cinq salariés, dont trois sont déjà embauchés.

Sept euros la place, 50 euros les dix entrées : "C'est pas cher !", "on va vous soutenir", commentent plusieurs spectateurs ravis.

"La programmation est géniale", estime Olivier Pillot, 34 ans, tickets en main pour Armageddon Time. Des films indépendants en version originale, "ça manquait cruellement ici". A son bras, Laura Millienne salue aussi la "dimension sociale". "A Noël, ils font une soirée pour les personnes seules", pointe-t-elle, espérant que "toute la société tende un jour vers ça".

"C'est un prototype aux plans open-source", souligne Mme Faucon. "Si une petite salle comme nous y arrive, je dis : prenez, améliorez ! Il faudra encore aller au-delà."

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs 

A lire aussi
Commentaires
Par Odin's Hall - le 30/12/2022

Bonjour, j'ai lu avec intérêt votre article sur le cinéma auto-géré. Cela semble être une idée très innovante et j'espère que cela se développera davantage dans le futur. En tant que propriétaire d'une bijouterie nordique, je voulais vous faire découvrir notre entreprise. Nous proposons une large gamme de bijoux en argent et en or inspirés par les cultures nordiques, ainsi que des accessoires de mode. Si vous êtes à la recherche de cadeaux originaux pour vous ou pour vos proches, n'hésitez pas à nous rendre visite sur notre site https://odins-hall.com/ ou à nous contacter directement. Nous serons heureux de vous aider à trouver le bijou parfait. Bonne journée !

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.