Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Cinq chansons sur l'urgence écologique à écouter cet été

"Le monde a changé, il s'est déplacé quelques vertèbres", chante Julien Doré dans son titre "La Fièvre".
©Capture écran "La Fièvre", Julien Doré, YouTube

Surconsommation, pollution de l'air, des océans, ou condition animale… Ces musiciens utilisent leurs chansons pour faire passer des messages engagés et pousser le public à agir au quotidien, ou tout du moins à se questionner.

Julien Doré, l'ami de la Terre et des animaux

De retour après des années d'absence, Julien Doré a sorti le titre engagé La Fièvre en juin 2020. "Le monde a changé, il s'est déplacé quelques vertèbres", entonne le chanteur, qui aborde à travers ce titre différentes thématiques liées à l'environnement, dont la hausse des températures et la surconsommation

Ce n'est pas la première fois que le chanteur s'engage : végétarien, il mène aussi un combat pour la cause animale. En juillet 2017, en concert aux Arènes de Nîmes  - qui accueillent des corridas - il reprend "La Corrida" de Francis Cabrel, titre jugé anti-corrida. Son engagement est d'ailleurs bien présent dans plusieurs de ses clips dont "Le lac" en 2016, tourné à la montagne puis à la mer. Julien Doré y est entouré d'animaux sauvages et protégés comme des loups.

La Fièvre

Le Lac :

Le cri d'alarme d'Angèle

Dans une chanson sans titre, enregistrée à l'improviste et publiée sur Instagram en 2019, Angèle alerte sur le réchauffement climatique. Et critique le déni face à la situation environnementale actuelle. La chanteuse belge l'a écrite en pleine canicule après avoir lu l'article "La Terre vit sa période la plus chaude depuis 2000 ans", paru dans Le Monde le 27 juillet 2019. Elle témoigne de son angoisse : "Ce que la canicule, les 42 degrés, les articles alarmant sur l’état de notre planète et les critiques sur Greta Thunberg m’inspirent... (J’ai hésité à dire : 'on sera tous morts' au lieu de 'il sera trop tard' mais après je me suis dit que c’était peut être trop triste comme fin)".

Son frère Roméo Elvis est également artiste. Engagé, il s'est exprimé à de nombreuses reprises sur l'écologie et en faveur de l'environnement à travers des prises de parole publiques en interview, sur les réseaux sociaux ou en appelant à signer des pétitions, notamment contre l'usage des bouteilles en plastique.

La jeunesse appelle au changement

Dans Y'a plus de saison, c'est sur un air de guitare que Gauvain Sers s'interroge sur l'avenir de la planète dans 100 ans. Il s'inquiète du dérèglement climatique et déplore certaines actions néfastes de l'Homme et leur impact sur les générations futures. Avant la sortie officielle de sa chanson, Gauvain Sers dit avoir d'ailleurs reçu une lettre de Joachim, un petit garçon qui lui a précisé : "J'aimerais bien que tu écrives une chanson sur le changement climatique parce que ça devient une grosse urgence". "Bien sûr, j’avais déjà écrit la chanson quand j’ai reçu ce petit mot de Joachim mais quand même, c’est une drôle de coïncidence... ", a raconté le chanteur sur les réseaux sociaux.

Quand le hip-hop rencontre l'écologie

Dans la chanson S.O.S (Mother Nature) de son album Songs About Girls sorti en 2007, Will I Am du groupe américain Black Eyed Peas dénonce lui aussi le comportement de la société vis-à-vis de notre planète Terre. Il évoque le fait que la "mère Nature" fragile, est en train de mourir, et que cela arrive car depuis plus de 50 ans, la Terre - comme ses ressources - étant prise pour acquise. Mais qu'elle meurt dans l'indifférence, malgré le fait qu'il y ait des signes comme l'augmentation des températures ou des tornades, la société étant trop préoccupée par le fait de gagner de l'argent pour s'en soucier. Le chanteur pointe également du doigt l'inaction des politiques, qu'il accuse de ne rien faire pour sauver la planète et de mentir sur la situation, étant trop "corrompus". Il en appelle à Dieu pour qu'il envoie un ange aider la Terre.

(Audio uniquement)

Assassin : des rappeurs précurseurs en France

"Comment ne pas respecter la nature ? Sachant que si l'air est pur, il peut avoir un futur". En 1992 déjà, le groupe de rap français Assassin alertait sur les dégâts causés par l'Homme sur la planète. Avec le titre L'Ecologie : Sauvons la Planète ! issu de l'album Le Futur, que nous réserve-t-il ?, les membres du groupe appellent à s'engager dans le refrain : "Êtes-vous en accord avec les essais nucléaires ? - Non ! Êtes-vous en accord avec la pollution des mers ? - Non ! Appréciez-vous tous les déchets dans l'atmosphère ? - Non ! Sauvons la terre ! Sauvons la terre !". Outre la chanson, leur engagement politique et social se fait aux côtés d'associations et de militants. Le groupe figure parmi les premiers artistes à avoir porté des messages écologiques dans le milieu du rap, avec NTM et IAM.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.